Tram, RER métropolitain, liaisons express : les nouveaux projets transports de la MEL

Dans Braderie de Lille, Lille, Politique, Transport
Scroll par là

Vendredi soir, le conseil métropolitain a voté son SDIT, son Schéma Directeur des Infrastructures de Transports. Il annonce les ambitions de la Métropole Européenne de Lille pour les quinze prochaines années.

L’objectif du nouveau SDIT est clair : améliorer le réseau des transports collectifs pour le rendre assez attrayant pour que les métropolitains laissent Titine au garage. Comment ? Avec 27 nouvelles lignes proposées à la création à plus ou moins long terme.

Tram first

Ce n’est pas une mais bien cinq lignes de tram qui doivent voir le jour :

  • La plus longue (et ambitieuse) relierait Wambrechies à Seclin. Elle traverserait Marquette-Lez-Lille, Saint André et, une fois passée la Deûle, la ligne se dédoublerait dans Lille.
    • l’une contournerait Lille par l’ouest jusque Seclin en passant par la Citadelle, Vauban, EuraTech, le boulevard des postes…
    • l’autre terminerait vraisemblablement du côté d’Euralille via le boulevard Carnot.
  • Côté ouest toujours, une ligne Lille /Loos/Hallennes-lez-Haubourdin pour désengorger cet axe ultra fréquenté par la voiture.
  • Roubaix et Tourcoing ne seront pas mises de côté dans ce SDIT. Une première ligne reliera Hem jusque Roubaix, une autre Roubaix à Tourcoing et enfin une dernière traversera Roubaix pour rejoindre Herseaux à la frontière belge.

Les études doivent être lancées dès octobre 2019 pour les cinq lignes. “On mise sur 3 à 4 ans d’études avant le premier coup de pelle“, précise Daniel Janssens, vice-président en charge des transports publics. Si tout se passe bien, on devrait pouvoir mettre le pied dans un nouveau tram “entre 2025-2027” a annoncé le vice-président.

La ligne de tram jusqu’à l’aéroport ? Oubliez la, le projet a définitivement pris l’eau.

Lianes optimisées et liaisons express

Le but de ce SDIT concernant le réseau de bus est d’optimiser au maximum ce qui pré-existe. C’est à dire renforcer la fréquence de certaines lianes tout en créant des “liaisons express” entre les différents pôles urbains de la métropole. Ça concernera par exemple la liane qui va jusqu’à l’aéroport de Lesquin ou celles qui ceinturent Lille.

RER métropolitain

Alors là c’est ambitieux mais encore un peu nébuleux : la MEL souhaite davantage intégrer et connecter le TER à son propre réseau de transports en commun. Et donc créer de nouvelles liaisons ferroviaires. Sauf que la compétence TER, ce n’est pas la MEL mais la Région qui la détient. Il faudra donc attendre que la Région engage ses propres études avant de lancer ce chantier.

Et le téléphérique ?

On n’allait certainement pas oublier ce fameux projet de téléphérique entre Saint-So et Fives-Cail lancé par le groupe de la maire de Lille. Il est bien présent dans ce SDIT. Sous le nom de mode de transport innovant (par câble par exemple). Alors même si, perso, on se voit déjà traverser le périph’ pour rejoindre nos potes Fivois, il va falloir se montrer plus que patient.

Car le projet est classé dans les “projets à long terme” de la MEL. Ce qui veut dire que les études vont être lancées dans quelques années mais que sa réalisation (si elle est actée par les études de faisabilité) ne démarrerait pas avant…2030. Même timing pour la potentielle prolongation de la ligne 1 du métro dans Eurasanté.

Gratuité et vélo

La gratuité des transports en commun ou encore le renforcement des modes doux comme le vélo ne figurent pas dans le SDIT voté vendredi soir. Mais le président de la MEL, Damien Castelain, a évoqué les deux sujets comme le rapporte La Voix du Nord.

Tout le monde sait que le président ne croit pas forcément à la gratuité des transports en commun dans la MEL. Mais il a annoncé qu’une étude serait menée sur le sujet. En parallèle, il a également annoncé sa volonté de doubler le budget annuel du développement vélo.