La Ch’tite maison solidaire, l’asso lilloise qui combat le mal-logement

Dans Ch'est bieau, Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

Depuis deux ans, Chris­tophe Tho­mas s’est don­né pour mis­sion de par­ta­ger le sur-confort avec ceux qui en ont le plus besoin. Sou­te­nue par la Ville de Lille et la MEL, l’as­so­cia­tion mène plu­sieurs pro­jets dont la for­ma­tion d’un futur éco-quar­tier soli­daire.

L’aven­ture des mai­sons soli­daires est née d’un constat : en France, 140 000 per­sonnes sont à la rue et quatre mil­lions sont mal-logées. Par­tant de là, Chris­tophe a déci­dé d’a­gir et de trans­for­mer sa mai­son en un Airbnb soli­daire.

Une idée utile

En gros, l’i­dée c’est de louer la mai­son à des tou­ristes ou des par­ti­cu­liers, et de rever­ser l’in­té­gra­li­té des fonds récol­tés pour payer le loyer d’une famille en pré­ca­ri­té. Pour vous don­ner un ordre d’i­dée, la mai­son louée deux nuits a per­mis de loger une famille pen­dant trois mois.La mai­son est un espace de par­tage où cha­cun apprend de l’autre” ajoute Chris­tophe.

L’éco-quartier, bientôt une réalité

Le pro­jet de l’é­co-quar­tier soli­daire est sans doute le plus gros chan­tier de l’as­so. Si le lieu est encore tenu secret, les tra­vaux devraient débu­ter cette automne et s’a­che­ver au prin­temps pro­chain. Le pro­jet citoyen est éga­le­ment sou­te­nu par la MEL, avec « MEL Makers ».

L’é­co-quar­tier a aus­si récol­té le plus grand nombre de votes des habi­tants dans la ville de Lille dans le cadre du bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018. Sur le même modèle que le Airbnb soli­daire, vous pou­vez par­ti­ci­pez à finan­cer le pro­jet en accueillant des tou­ristes chez vous et en rever­sant les fonds à la créa­tion et à l’a­ni­ma­tion de l’é­co-quar­tier.

Un projet citoyen

Concrè­te­ment l’é­co-quar­tier, c’est une tren­taine de per­sonnes qui bossent sur la construc­tion de cinq tiny houses, qui per­met­tront d’ac­cueillir deux à trois per­sonnes par mai­son. Res­pec­tueuse de notre pla­nète, chaque mai­son est faite en bois, mesure 15 à 20 mètres car­rés, et consti­tue un vrai trem­plin à l’in­ser­tion.

L’im­por­tant pour nous, c’est de favo­ri­ser les ren­contres pour faire sau­ter les pré­ju­gés. Sur les cinq mai­sons nous vou­lons don­ner la chance à cinq com­mu­nau­tés dif­fé­rentes de se décou­vrir. Le vivre ensemble faci­lite gran­de­ment l’in­clu­sion” pré­cise Chris­tophe.

La Ch’­tite mai­son et les habi­tants font de Lille une vrai ville soli­daire. Comme le coli­bri qui tente d’é­teindre un feu de forêt, je sais que seuls nous n’ar­ri­ve­rons pas à chan­ger les choses, mais nous fai­sons notre part en atten­dant de le faire tous ensemble conclut Chris­tophe .

Vous pou­vez aller che­cker leur page face­book pour plus d’in­fos, en plus ils ont besoin de petites mains. Alors si vous êtes moti­vés, c’est le moment.