Le Métropole et le Majestic passent sous la bannière UGC

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Avec l’arrivée de Pathé à Lille-Sud en 2020, les cinémas lillois vont voir un petit gros nouveau débarquer dans leur paysage. Du coup, tout ce petit monde se réorganise en amont.

Michel Vermoesen. Ce nom ne vous dit peut être rien mais c’est lui le propriétaire du Métropole de la rue des Ponts de Comines et du Majestic de la rue de Béthune. Du moins il l’était. La Voix du Nord explique qu’il vient de céder (le 10 juillet) ses deux cinémas d’art et d’essai au groupe UGC qui devient donc le roi de la Toile dans le centre-ville de Lille.

Selon le quotidien, le groupe UGC aurait troqué son Palace de Cambrai et les Lumières d’Armentières contre les deux cinés lillois. “Avec l’arrivée d’un nouvel opérateur national sur Lille, pour maintenir économiquement une programmation favorisant la diversité et la diffusion de cinématographies rares, Michel Vermoesen cherchait le moyen de pérenniser son action ‘‘Art et Essai’’ initiée à Lille depuis plus de 30 ans“, détaille un communiqué du groupe. Bref : il fallait se préparer à affronter l’arrivée imminente du gros Pathé sur le sol lillois.

Toujours de l’art, toujours de l’essai

Comment va muter la programmation du Majestic et du Métropole ? Elle devrait restée la même, Michel Vermoesen en a même fait la promesse dans une interview à La Voix du Nord. Car s’il a cédé ses deux cinés d’art et d’essai, l’homme reste “aux commandes de la programmation“. “Ouf”, diront ceux qui aiment la diversité cinématographique.

Michel Vermoesen explique également au journal la raison de cet échange : “L’arrivée de Pathé aurait forcément obligé l’UGC à se repositionner sur l’art et essai et donc en tant qu’indépendant, nous aurions connu des difficultés“.

En 2020, ce sera donc trois géants qui se disputeront la part du gâteau cinématographique dans le coin : Pathé à Lille-Sud, UGC dans le centre et Kinépolis (il ne faut quand même pas l’oublier) à Lomme.