[Top Cheffes] Lison & Hélène, du Boucan, renouvellent la cuisine de bistrot

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

On vous parle tout le temps de restaurants qui ouvrent. Et on rencontre souvent leurs chefs, passionnés et doués. Mais on pourrait croire que la gent masculine squatte les cuisines lilloises en mode hégémonie totale. On a eu envie de mettre un peu de lumière sur les femmes cheffes, cet été. On continue notre petit tour d’horizon d’assiettes avec Lison et Hélène, cheffes au Boucan.

Au Boucan, la cuisine c’est une affaire de famille, et maintenant une histoire de (trois) filles. On retrouve Marie, en salle, sa sœur Lison en pâtisserie et pour le salé, leur cheffe, Hélène. Toute cette féminité n’était pas à la carte de l’ouverture : Marie et Lison recherchaient même un homme comme chef pour mélanger un peu les genres. Mais Hélène a tout simplement été “un coup de cœur“.

L’ambiance des cuisines

Les deux cheffes ont toujours baigné dans l’ambiance des cuisines. Le père de Lison a tenu plusieurs bars dans Lille et dans la famille d’Hélène, c’est tout simplement “naturel de cuisiner“. Sauf qu’elles sont toutes les deux parties dans d’autres directions en devenant adulte : psycho à la fac pour Lison, une carrière dans le social pour Hélène. “J’avais les moyens de poursuivre des études supérieures“, explique Lison. Alors elle a tenté, tout simplement.

Mais le monde de la cuisine les a vite rattrapées puisque c’est là qu’elles “s’amusent” le plus. Toutes les deux se sont reconverties en cours de route pour se tourner vers un CAP et acquérir les bases.

Mais Hélène et Lison s’entendent sur le fait que “ça reste un métier d’hommes”(…) surtout en brigade” d’après Hélène. Elle est restée trois semaines dans un gastro, partant sous le coup des remarques machistes, mais a beaucoup appris, par la suite, d’une ancienne maître de stage.

Même dans le monde la pâtisserie réputé plus féminin, Lison a eu du mal à trouver un stage avant de tomber “sur un chef qui ne recrutait que des nanas”, plus “minutieuses selon lui“.

Des légumes, du frais et sans déchet

Au Boucan, elles forment un bon duo culinaire. On retrouve, tous les midis, deux entrées et quatre plats à la carte. Un menu simple qui change régulièrement. “Ça m’éclate de créer une nouvelle carte presque chaque jour”, explique Hélène. Il y en a pour tous les goûts, les quatre plats rassemblent même les viandards et les végés.

Et pour la touche sucrée finale on retrouve donc Lison. Elle voulait créer en s’amusant, “plus facile à faire dans cette ambiance bistrot, […] pour transformer le produit sans le gâcher”. Car ici, on pratique le zéro déchet, autant que possible. Des plats toujours frais et de la région qui donnent bonne conscience.

Les cuisines du Boucan sont ouvertes du lundi au vendredi, au 11 place Jacquard, à partir de 10 h 30 et jusque 18 h 30 le mercredi, 23 h 30 le jeudi et 23 h 45 le vendredi. Pour faire passer les week-ends de fermeture, on vous laisse avec leur page Facebook.