Les lentilles vertes ont envahi les douves de la Citadelle

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

La Cita­delle, c’est le pou­mon vert de Lille. Sauf qu’il y a un peu trop de vert dans l’eau de ses fos­sés. La faute à une len­tille verte ori­gi­naire d’A­mé­rique qui y pul­lule. Il y en a tel­le­ment que les pois­sons meurent par asphyxie. De quoi inquié­ter les pécheurs lil­lois qui évoquent une “catas­trophe éco­lo­gique”.

Ça n’au­ra échap­pé à aucun habi­tué de la Cita­delle : l’herbe l’eau y est plus verte qu’ailleurs. Et ça n’a rien d’une bonne nou­velle. Selon La Voix du Nord, cinq tonnes de pois­sons morts ont déjà été sor­ties des eaux”. Ils meurent par asphyxie, sous la couche épaisse que forment les len­tilles qui se mul­ti­plient à vitesse grand V.

Lentille tueuse

La semaine der­nière, des pêcheurs et des res­pon­sables muni­ci­paux se sont unis pour ten­ter d’en­di­guer le pro­blème. À la force de leurs épui­settes, ils en ont reti­ré une tonne mais c’est loin d’être suf­fi­sant.

Selon plu­sieurs sources inter­ro­gées par La Voix du Nord, c’est “l’ac­cu­mu­la­tion de feuilles mortes qui est à l’o­ri­gine de la pol­lu­tion aux len­tilles vertes d’A­mé­rique”. Les pêcheurs pointent du doigt la ville et le manque de moyens mis en œuvre pour arrê­ter “cette catas­trophe éco­lo­gique” par un meilleur entre­tien des fos­sés.

Du côté de la mai­rie, Lise Daleux, adjointe en charge de la nature en ville, a expli­qué dans une inter­view au quo­ti­dien que “les fos­sés de la Cita­delle de Lille sont vic­times du réchauf­fe­ment cli­ma­tique”. Elle explique que si l’é­qui­libre de l’é­co­sys­tème des lieux est mena­cé, c’est en effet à cause des dépôts de feuilles mais aus­si, en grande par­tie, à cause des épi­sodes cani­cu­laires que Lille connaît depuis deux étés.

Le jour d’après

La solu­tion ? La fin du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, logique. Mais bon, la mai­rie va devoir trou­ver des moyens un brin plus rapides et tech­niques pour contrer très vite la pro­li­fé­ra­tion de ces len­tilles. L’ad­jointe en a évo­qué plu­sieurs :

  • conti­nuer d’ex­traire le plus pos­sible les len­tilles (solu­tion d’ur­gence)
  • revoir le boi­se­ment du site pour que celui-ci soit plus adap­té à ce milieu humide
  • repen­ser le fos­sé des pêcheurs (où l’eau est plus pro­fonde)

En atten­dant, n’es­sayez pas d’al­ler vous-mêmes avec votre épui­sette reti­rer les fameuses len­tilles. La Voix du Nord alerte sur le dan­gers liés aux vapeurs qui en émanent. Elles doivent encore être ana­ly­sées mais elles sont sur­tout extrê­me­ment inflam­mables.