L’épicerie japonaise Petit Konbini arrive à Roubaix en septembre

Dans Food Porn, Voyage Voyage
Scroll par là

Un air japo­ni­sant va flot­ter près du centre-ville de Rou­baix à la ren­trée. Chez Petit Kon­bi­ni, on pour­ra ache­ter son saké mais pas que : il y aura aus­si de la street food du pays et la pos­si­bi­li­té de décou­vrir la culture japo­naise pen­dant des ate­liers.

Der­rière cette nou­velle adresse niponne, on retrouve Quen­tin Doye, un gars du coin qui veut faire “décou­vrir la culture japo­naise” à Rou­baix. Il ne se pré­des­ti­nait pas à ouvrir une épi­ce­rie japo­naise; il avait même com­men­cé des études de méde­cine avant de se diri­ger vers l’hô­tel­le­rie et la res­tau­ra­tion. Il y a trois ans, il a juste déci­dé de par­tir au Japon, pays qui le pas­sionne, pour y deve­nir som­me­lier.

Il rentre en France en mars 2018, et crée, huit mois plus tard, Mon Saké, une entre­prise à tra­vers laquelle il veut “chan­ger l’i­mage du saké en France”. Elle se diver­si­fie début 2019, en s’ou­vrant aux pro­duits de “l’é­pi­ce­rie japo­naise moderne” sur des salons et en bou­tiques éphé­mères (à Douai, Dun­kerque, Valen­ciennes …).

Une épicerie japonaise moderne (コンビニ)

Petit Kon­bi­ni sera fina­le­ment son pre­mier maga­sin phy­sique, et il sou­haite déjà en faire plus, pour que son épi­ce­rie prenne tout son sens japo­nais : “un lieu de vie pré­sent à chaque coin de rue et qui pro­pose des basiques du quo­ti­dien”.

Il le tien­dra avec sa femme Chi­sa Kurai­shi (ちさ 暗いし) et ven­dra des pro­duits tra­di­tion­nels comme les thés et alcools mais aus­si un peu de moder­ni­té avec des ali­ments ou bois­sons qu’on retrouve au Japon (comme le Kit Kat au thé vert ou du Fan­ta goût melon). Et pour faire décou­vrir cette culture aux Rou­bai­siens, il veut pro­po­ser des ate­liers pour “apprendre à faire des ori­ga­mis, cou­per un bon­saï, des­si­ner des man­gas ou dégus­ter des sakés”.

Articles de l’é­pi­ce­rie moderne
©Petit Kon­bi­ni

Street food japonaise (弁当)

Pour ceux qui ne veulent pas attendre leur retour à la mai­son pour man­ger japo­nais, l’é­pi­ce­rie aura aus­si des bentō (弁当), la lunch box japo­naise, à consom­mer sur place ou à empor­ter. La carte sera renou­ve­lée très régu­liè­re­ment mais on y trou­ve­ra tou­jours un plat à base de viande, de pois­son et un végé (pour 12€ max).

Yaki Soba

Si le pro­jet voit le jour à Rou­baix et pas à Lille, c’est parce que la ville intègre des bou­tiques à l’es­sai, une démarche d’ac­com­pa­gne­ment qui per­met à Quen­tin d’a­voir un loyer modé­ré et des par­te­na­riats avan­ta­geux. “Si j’a­vais vou­lu ouvrir à Lille, il aurait fal­lut attendre plu­sieurs années”, explique-t-il. Pour lui don­ner un der­nier coup de pouce, une cam­pagne de crowd­fun­ding devrait bien­tôt voir le jour.

Petit Kon­bi­ni sera ouvert à par­tir de mi-sep­tembre, au 47bis Ave­nue Jean Bap­tiste Lebas, du lun­di au ven­dre­di et de 11 heures à 19 heures à Rou­baix. En atten­dant, Mon Saké est sur Face­book juste ici.