Cette semaine, l’Orchestre Français des Jeunes donne des mini-concerts gratuits

Dans Dans la rue, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé ©OFJ

Depuis quelques jours, l’Or­chestre Fran­çais des Jeunes (OFJ) est en rési­dence d’é­té à Lille. Ils répètent pour leur tour­née mais vont sur­tout sor­tir en ville pour vous offrir des mini-concerts gra­tuits à par­tir du 21 août.

Si vous pas­sez ces jours-ci près du Nou­veau Siècle ou du conser­va­toire du Vieux-Lille, ten­dez l’o­reille : cent jeunes musi­ciens venus de toute la France (et même d’Eu­rope) répètent chez nous cet été au sein de l’Or­chestre Fran­çais des Jeunes. Une for­ma­tion de haut niveau qui aide les jeunes musi­ciens à se pro­fes­sion­na­li­ser.

Le métier de musi­cien a beau­coup chan­gé et, aujourd’­hui, il demande à ceux qui veulent le deve­nir plus que du talent, explique Pierre Bar­rois, le direc­teur de l’OFJ depuis 23 ans. Il faut qu’ils aillent cher­cher leur public, qu’ils soient mul­ti­tâches, qu’ils déve­loppent leur propre acti­vi­té… C’est de là qu’est venue l’i­dée en 1982 de créer l’OFJ”.

Cette année, ils sont cent jeunes entre 16 et 26 ans à avoir inté­gré l’Or­chestre Natio­nal des Jeunes.

Les jeunes sont sélec­tion­nés et partent ensuite en rési­dence où ils ont des cours, des répé­ti­tions, suivent des confé­rences et ont aus­si une sorte de mini-défi à rele­ver en groupe : leur concert hors les murs. Ils vont aller jouer des mor­ceaux de musique de chambre dans des pri­sons, des EPHAD ou encore des centres de loi­sirs Et à par­tir du 21 août, ils vont se poser dans des spots bien connus des Lil­lois : Saint-So ou encore la Mai­son Folie Wazemmes.

Sur un air lillois

Ils ne vont pas sim­ple­ment se poser à un endroit, jouer et repar­tir. Non, non, non. A chaque fois, les jeunes musi­ciens vont créer une his­toire, mettre une peu de théâ­tra­li­té et d’hu­mour autour de leur pres­ta­tion pour jus­te­ment bri­ser cette bar­rière qu’il peut y avoir entre des musi­ciens et un public.

C’est deve­nu l’un des exer­cices pré­fé­rés d’An­na, 24 ans, qui joue du bas­son et a déjà vécu cette expé­rience l’é­té der­nier. “Dire que c’est pour rendre la musique plus acces­sible, je trouve ça un brin snob. On ne va pas vous dire com­ment vous devez écou­ter tel air ou tel musi­cien. C’est plus une manière d’é­veiller votre sen­si­bi­li­té et de mieux vous faire par­ta­ger notre res­sen­ti et notre musique.”

Vous l’au­rez com­pris, vous n’au­rez pas droit à un expo­sé sur la vie de Bee­tho­ven ou un cours de sol­fège. On parle ici plus de sketchs et de mise en scène. Pour ce qui est du réper­toire, il y aura des airs mexi­cains (cou­cou Eldo­ra­do), du Bartók, du Brahms… Mais en fait, peu importe si vous connais­sez ou pas les com­po­si­teurs, le but est jus­te­ment d’en décou­vrir de nou­veaux.

On vous file la liste des dates de ces mini-concerts qui sont tous uniques (tra­duc­tion : allez en voir plu­sieurs, c’est gra­tuit) :

Et si vous en vou­lez encore, sachez que l’OFJ revient le 5 sep­tembre au Nou­veau Siècle pour cette fois ci un grand concert sym­pho­nique du grand réper­toire. On vous laisse prendre votre place dès main­te­nant en ligne.

Article Spon­so­ri­sé ©OFJ