Qui veut aller voir Dikkenek en plein air à Saint-So en octobre ?

Dans Culturons-nous, Festival, Lille
Scroll par là

Bon, il va peut être faire un tout petit peu froid. Mais vous serez prévenus, et vous aurez tous prévu votre petite laine, voire même votre plaid à met­tre sur vos genoux. Mais ce n’est pas ça qui vous fera louper la pro­jec­tion de Dikkenek en plein air à la gare Saint-Sauveur. Une chou­ette soirée à porter au crédit du fes­ti­val Ciné­Comédies, qui aura lieu du 2 au 6 octo­bre.

Voilà, donc début octo­bre, la ville va se trans­former en cap­i­tale du ciné­ma de comédie sous toutes ses formes. Et pour sa deux­ième édi­tion, le fes­ti­val a décidé de met­tre la Bel­gique à l’hon­neur (et Michel Blanc, mais on y revien­dra). Et quand on lit “comédie belge”, quand on a bon goût, on pense automa­tique­ment à François Damiens et à Dikkenek. Et ça ne manque pas : les deux seront à Lille.

L’ac­teur-réal­isa­teur, pour com­mencer. Il sera, le 3 octo­bre à 19 heures, à l’UGC de la rue de Béthune pour la pro­jec­tion de Mon Ket, son dernier film à l’hu­mour bien bel­go-grinçant.

Le film, ensuite. Il sera, le même soir, pro­jeté à la gare Saint-Sauveur, à 21 h 30. Là, c’est Olivi­er Van Hoof­s­tadt, le réal­isa­teur qui a com­mis ce film, qui assur­era la dis­cus­sion avec les fans. Le pro­gramme de la soirée annonce égale­ment une “sur­prise” qui, dans le con­texte actuel (comédie + Bel­gique + François Damiens à Lille), promet d’être fort sym­pa­thique.

Donc, ça, c’est pour la bel­gi­tude qui dévale sur Lille en octo­bre. Pour le reste, le pro­gramme du fes­ti­val Ciné­Comédies fait aus­si envie : Michel Blanc sera l’in­vité d’hon­neur, la soirée du 4 octo­bre sera entière­ment con­sacrée à Bertrand Bli­er (Coucou Les Valseuses, Tenue de Soirée, ou Pré­parez vos mou­choirs), et il sera même pos­si­ble de voir ou revoir Jour de Fête de Jacques Tati à la gare Saint-Sauveur le 5 octo­bre.

Et ce qui est chou­ette avec ce fes­ti­val, c’est que l’en­trée à tous ces événe­ments est absol­u­ment libre. Par­fois, il faut tout de même réserv­er sa place, mais sans jamais sor­tir la carte-bleue.

On vous laisse faire votre marché comique sur le site du fes­ti­val.