Le Barillet, le nouveau bar du Vieux-Lille avec du bon goût à la clef

Dans Bière, Lille
Scroll par là

Vous avez peut-être raté l’ou­ver­ture du Barillet cet été. Peut-être parce qu’il rem­place un autre bar, le Joe Tex Café. Ou peut-être parce qu’il s’in­tègre tel­le­ment bien au charme et à l’es­prit de la rue de la Clef qu’on a l’im­pres­sion qu’il a tou­jours été là.

On ne vou­lait pas être un bar à thème, juste un bar de quar­tier géné­ra­liste qui fait du bon sim­ple­ment”, résume Audrey, la mana­ger der­rière le zinc. C’est elle qui a lan­cé l’i­dée du Barillet à Mat­thieu, Tim et Clé­ment, les trois jeunes asso­ciés du bar. “Ils vou­laient ouvrir un com­merce ensemble et moi qui vis depuis des années dans le Vieux-Lille et qui arpente les bars et ter­rasses, j’ai sub­ti­le­ment glis­sé cette pos­si­bi­li­té.

Audrey, des miroirs et des tableaux.

Elle a plu­tôt bien fait vu le résul­tat. Le Barillet est tout sim­ple­ment une ode à l’his­toire de la rue et de la ville. Déjà par son nom (barillet, rue de la clef, vous l’a­vez ?), son logo (un trou de ser­rure avec le bef­froi à l’in­té­rieur) et sa déco tout en clefs, vieilles affiches lil­loises et anciennes pho­tos.

Chine et vécu

C’est Tim le roi de la déco ici, pré­cise Audrey. Mais on a tous mis la main à la pâte en allant chi­ner pen­dant des mois un peu par­tout ces beaux objets.” Il en aura fal­lu seule­ment deux (de mois) pour tout écrou­ler à l’in­té­rieur du bar et le refaire à leur sauce en gar­dant le cachet du lieu.

Ce lieu a du vécu et il fal­lait le mettre en valeur”, conti­nue la mana­ger qui en connaît d’ailleurs un paquet sur son his­toire. On ne va pas vous la racon­ter ici, on pré­fère vous lais­ser lui poser la ques­tion. Disons juste que la bâtisse a connu ses heures de gloire en pro­mou­vant la pos­ture hori­zon­tale…

Trancheuses et fléchettes

Aujourd’­hui, c’est à la ver­ti­cale qu’on y boit un godet et qu’on peut y man­ger un bout. Il y a logi­que­ment des bières pres­sions, une gamme de vin et des planches. Ces der­nières sont pré­pa­rées à la minutes, Audrey y tient : “En tant cliente, je n’en pou­vais plus des trois ron­delles de rosette indus­trielle à 15 balles.

Du coup, ils ont inves­ti dans un tran­cheuse pro­fes­sion­nelle “et on bosse le plus local et le plus bio qu’on peut pour les légumes qui accom­pagnent la char­cut’ “. Entre deux bou­chées, vous pour­rez emprun­ter un petit jeu de socié­té ou défier vos potes aux flé­chettes à la cave.

Petite vue de la cave.

Cave que vous pou­vez pri­va­ti­ser d’ailleurs. Tout comme la salle du fond avec les vélos au pla­fond ou la mez­za­nine avec le gros cana­pé en cuir bien confor­table.

Que vous dire de plus… Ah, quand même : le bar est ouvert tous les jours dès 16 heures et même 11 heures le same­di. C’est à se deman­der s’ils n’au­raient pas tout sim­ple­ment per­du la clef pour fer­mer la porte du Barillet.

Le Barillet se trouve donc au 52 rue de la clef et a une chouette page Face­book pour suivre son actu et ses futurs events (genre un tour­noi de 421).