Les bouteilles de bière consignées font leur retour à Lille

Dans Bière, C'est green, Lille
Scroll par là

Chaque fois, c’est la même chose : vous faites une super soirée, vous avez tout un tas de gens polis qui arrivent avec des bouteilles, vous aident à les vider dans la nuit, et le lende­main, vous vous retoru­ver avec un apparte­ment trans­for­mé en cimetière de bouteilles en verre qui vont par­tir au recy­clage. Plus pour longtemps : les brasseries se (re)mettent à la con­signe.

On vous avait déjà par­lé de la Brasserie du Singe Savant, qui a acheté une vieille machine de récupéra­tion des bouteilles en verre. Sans pra­ti­quer la con­signe, les Singes appré­cient que leurs clients ramè­nent les bouteilles une fois vidées de leur con­tenu. Ça, c’est un pre­mier pas.

Mais (au moins) deux boites du coin ont décidé d’aller plus loin et de faire de la con­signe de bouteilles de bière un com­merce. La pre­mière n’est pas une bleue dans le busi­ness de la con­signe : Jean Bouteille, instal­lée au Port de Lille, est déjà présente dans tout un tas de points de vente en France. Spé­cial­isée dans la vente en vrac de liq­uides de tout genre (lessive, gel douche, liq­uide vais­selle et autre savon noir), l’en­tre­prise ne s’é­tait pas tout de suite aven­turée sur le marché de la bière, pour­tant por­teur dans le coin.

Mais voilà que Jean Bouteille a inven­té Oub­long, une tireuse à bière qui per­met de par­tir avec sa bouteille de bière mise sous pres­sion instan­ta­né­ment. Dans le coin, deux brasseries ont accueil­li cette tireuse d’un nou­veau genre : la Brasserie Cam­bier (d’où sort la Mongy, entre autres), et la brasserie Moulins d’Ascq, qui fait de la bière bio depuis le début, et qui donc a une petite idée de ce que le vrac a de durable.

De la bière du coin sous pression

Dans un autre genre, deux Lil­lois se sont lancés dans le pari fou de livr­er des bouteilles de bière con­signées à domi­cile. Franck et Gui, à la tête de La Con­signer­ie, font par­tie des dix pro­jets choi­sis par la Métro­pole Européenne de Lille pour fig­ur­er dans l’opéra­tion MEL Mak­ers, qui donne de la vis­i­bil­ité à des cam­pagnes de finance­ment par­tic­i­patif. Et la cam­pagne bat son plein, pour la Con­signer­ie. “On souhaite réu­nir assez de fonds pour un vélo car­go qui nous per­me­t­tra de faire les livraisons”, détaille Franck.

Pho­to ©La Con­signer­ie

Leur con­cept est très sim­ple : vous pour­rez com­man­der vos bouteilles con­signées en ligne, ou vous ren­dre au dri­ve de la Con­signer­ie, à Saint-André-Lez-Lille. Là, on vous remet­tra donc des bouteilles de bière arti­sanale et régionale, et vous, vous ren­drez les bouteilles que vous avez vidées depuis votre dernière com­mande. Et voilà, aus­si sim­ple que ça. Et promet­teur, vu le nom­bre de brasseurs du coin qui sont par­tants. Jen­lain, les brasseries Waale, Tan­dem, Bel­lenaert, Thiriez, Singe Savant et Moulins d’Ascq ont d’ores et déjà dit ban­co.

Il n’y a plus qu’à, en somme. “On est en train de tester le sys­tème, avec une ving­taine de volon­taires, con­firme Franck. On va se lancer véri­ta­ble­ment en jan­vi­er.” D’i­ci là, lui et Gui vont per­fec­tion­ner leur sys­tème de mise sous pres­sion, et s’armer de courage. Vu comme la cam­pagne de finance­ment par­tic­i­patif est par­tie comme une balle, leur pro­jet sus­cite un peu d’in­térêt chez les ama­teurs de bière.