Jeunes diplômés, cadres, un salon vous est dédié la semaine prochaine

Dans Article Sponsorisé, Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @APEC

Un salon réser­vé aux cadres ? Ce n’est pas un truc éli­tiste du tout, ras­su­rez-vous. Le 1er octobre, vous pour­rez peut-être décou­vrir que tous les cadres n’ont pas 45 ans, une voi­ture fami­liale et un cos­tume cra­vate. Ils cherchent juste du taf, comme tout le monde, et vous pou­vez en faire par­tie.

A quoi recon­nait-on un cadre ? A son niveau d’é­tude, à son expé­rience, aux res­pon­sa­bi­li­tés qu’il assume ? “Un peu tout ça à la fois, confirme David Duquesne, for­ma­teur pour l’A­PEC, qui orga­nise le salon. C’est aus­si une cer­taine auto­no­mie dans l’ac­tion.” Et figu­rez-vous que comme on ne nait pas cadre, mais qu’on le devient, l’As­so­cia­tion Pour l’Em­ploi des Cadres (l’A­PEC, du coup) est là pour vous filer un bon coup de main si vous débu­tez dans le domaine.

Nous avons deux publics, avance David Duquesne. Les jeunes diplô­més à par­tir de bac+3, et les cadres déjà en poste ou en recherche d’emploi.” L’as­so, quel que soit le cas de figure, a pour but de vous aider à trou­ver votre bon­heur. Sur le salon Com­pé­tences Cadres qui se tien­dra le 1er octobre à Lille Grand Palais, vous trou­ve­rez une tren­taine d’en­tre­prises prêtes à dis­cu­ter avec vous.On conseille vrai­ment aux visi­teurs de pré­pa­rer leur venue en per­son­na­li­sant leur CV pour l’en­tre­prise qu’ils visent”, pré­cise David Duquesne.

Des ateliers en mode tuto

Dans ce salon, vous trou­ve­rez aus­si quelques for­ma­tions (Ske­ma, l’U­ni­ver­si­té de Lille, l’UTC), et vous pour­rez par­ti­ci­per à des ate­liers thé­ma­tiques. C’est là, si vous ne savez pas par quoi com­men­cer, que vous allez pou­voir y voir plus clair. Les bonnes pra­tiques du CV, se démar­quer dès les pre­mières minutes de l’en­tre­tien, réus­sir sa can­di­da­ture spon­ta­née, com­ment se rendre visible des recru­teurs… Ces ate­liers seront menés par des for­ma­teurs de l’A­PEC dont l’ex­pé­rience n’est plus vrai­ment à démon­trer.

Et si vous avez besoin d’un peu plus de détails, des entre­tiens indi­vi­duels d’une quin­zaine de minutes seront pro­po­sés aux visi­teurs. “L’i­dée, c’est de faire le point sur une thé­ma­tique en par­ti­cu­lier. Ce sont des conseil d’un pre­mier niveau, et s’il le veut, le jeune peut obte­nir un entre­tien plus appro­fon­di à l’A­PEC de Lille, Com­piègne ou Amiens dans les jours qui suivent. On a déga­gé des cré­neaux pour ça.

Faites des points boulettes

Il n’y a plus qu’à par­faire son CV. Là des­sus, David a quelques conseils gra­tos : “Il faut qu’il soit lisible, aéré, qu’on y trouve des verbes d’ac­tion plus que des sub­stan­tifs…” Faites des points bou­lettes, et prio­ri­sez vos com­pé­tences en fonc­tion de l’offre d’emploi. La lettre de moti­va­tion ? “Elle est sou­vent trop sco­laire. Moi je demande plus aux jeunes de dire quel est leur kiff. Qu’est ce qui leur plait dans cette offre, qu’est ce qui les anime ?” Pour d’autres bons conseils de David, ren­dez-vous au salon le 1er octobre.

Niveau infos pra­tiques, voi­là ce qu’on peut vous don­ner : le salon se tien­dra donc le 1er octobre de 9 heures à 18 heures dans le Hall Londres de Lille Grand Palais. L’en­trée est abso­lu­ment gra­tuite (comme toute l’offre de l’A­PEC, sauf les bilans de com­pé­tence), mais il faut s’ins­crire en ligne. Une fois votre ins­crip­tion faite, vous avez accès aux offres d’emploi des entre­prises par­ti­ci­pantes, ce qui est utile pour se pré­pa­rer.

Article spon­so­ri­sé @APEC