L’Opéra de Lille part en voyage avec le semi-opéra passionné de “The Indian Queen”

Dans Article Sponsorisé, Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @Opéra de Lille / Pho­to © JB Cagny. 

L’O­pé­ra fait sa ren­trée en octobre et démarre sa nou­velle sai­son dépay­sante avec une pro­duc­tion inédite : The Indian Queen de Pur­cell. Une œuvre qui mêle opé­ra et théâtre, pas­sion et pou­voir, Pérou et Mexique (cou­cou Eldo­ra­do) mais qui n’a­vait encore jamais été mon­tée dans sa tota­li­té.

Si vous êtes de ceux et celles qui aiment voir fusion­ner les arts et les dis­ci­plines, l’O­pé­ra vient de vous faire un très beau cadeau de ren­trée. Vous ne connais­sez peut-être pas (encore) The Indian Queen mais une fois qu’on vous aura fait un bref résu­mé de l’his­toire et de sa mise en scène lil­loise, vous pour­rez en par­ler quand vous irez boire un godet avec vos potes.

Opéra, raconte nous une histoire

Direc­tion l’A­mé­rique où une guerre fait rage entre les Aztèques du Mexique et les Incas du Pérou. Alors oui, on sait, les deux pays ne sont pas voi­sins mais la pièce a été écrite par deux Anglais au XVIIe siècle, Dry­den et Howard et, com­ment vous dire… La géo­gra­phie n’é­tait pas fran­che­ment leur fort. Qu’im­porte : un grand conflit oppose ces deux royaumes.

Ce sont les Incas qui dominent car ils comptent par­mi leurs géné­raux Mon­te­zu­ma. C’est leur Cap­tain Ame­ri­ca Inca à eux. Il est fort, il est brave et il a même réus­si à cap­tu­rer le prince enne­mi #Trop­Fort. Comme il n’y a pas de légion d’hon­neur la-bas, le Grand Inca lui laisse donc choi­sir sa récom­pense lui-même. Mon­te­zu­ma opte logi­que­ment pour… la main de la fille de son boss. Le jeune géné­ral a ten­té mais c’est clai­re­ment trop pour le Grand Inca. Il a beau être super com­pé­tent, on ne sait rien de ses ori­gines au petit Mon­te­zu­ma.

Du coup, pof, tra­hi­son et notre jeune héros passe à l’en­ne­mi. Grâce à lui, les Aztèques enchaînent désor­mais les vic­toires et cap­turent même le Grand Inca et sa fille. Et là vous vous dites hap­py end, le papa gro­gnon reste en pri­son et Mon­te­zu­ma peut épou­ser celle qu’il aime. Spoi­ler alert : nope, ce n’est que le début de l’in­trigue…

Théâtre et chant lyrique

Parce que The Indian Queen, c’est plus qu’une his­toire d’a­mour sous fond de guerre. “Même si la trame est simple, chaque scène incarne un dilemme moral, une ques­tion éthique, explique Guy Cas­siers, le met­teur en scène. C’est un texte noir qui démontre que les rai­sons per­son­nelles se battent tou­jours contre les res­pon­sa­bi­li­tés poli­tiques et sociales”. Un thème uni­ver­sel et fina­le­ment intem­po­rel quand on regarde ce qui se passe à notre époque.

Pour lui, chaque dis­ci­pline artis­tique va don­ner un point de vue dif­fé­rent de cette his­toire. Il y a donc la pièce jouée par les acteurs, les répliques chan­tées par de grandes voix anglaises sur la musique de Pur­cell magni­fiée par les musi­ciens du concert d’As­trée. Théâtre, chant et musique, vous avez la recette par­faite d’un semi-opé­ra.

L’a­dap­ta­tion lil­loise va même plus loin. En juin der­nier, les acteurs et chan­teurs ont pré-enre­gis­tré en cos­tumes flam­boyants cer­taines scènes. Ces der­nières seront retrans­mises sur cinq écrans géants et mobiles qui dan­se­ront sur la scène pen­dant le live.

Jeunes et chanceux

En par­lant de live d’ailleurs.… The Indian Queen va être jouée à l’O­pé­ra de Lille pour cinq repré­sen­ta­tions. Rete­nez bien les dates : les 5, 8, 9, 11 et 12 octobre. Ce sera une bonne occa­sion de vous offrir un petit pass réser­vé aux moins de 28 ans. Vous avez le choix entre :

  • celui à 32 € : quatre spec­tacles à choi­sir par­mi tout le pro­gramme avec deux concerts du mer­cre­di offerts.
  • celui à 10€ : 50% de réduc­tion sur les meilleures places dis­po­nibles (cat. 1,2 et 3) pour tous les spec­tacles de la sai­son.

Et vous pou­vez même com­bi­ner les deux si ça vous tente. Ou attendre les places de der­nière minute à 10€. Bref, pro­fi­tez de votre jeu­nesse pour aller vous faire un opé­ra (ou un semi) sans cas­ser votre bud­get du mois.

On vous conseille d’al­ler che­cker tout ce qui est pro­gram­mé cette sai­son sur le site de l’O­pé­ra. C’est là aus­si que se trouve la billet­te­rie. On dit ça, on dit rien.

Article spon­so­ri­sé @Opéra de Lille