Cheers, le muesli pour consommer de la drêche de bière au petit-déj’

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Dimi­try et Adrien, deux Lil­lois, ont créé Cheers, leur marque de mues­li à base de drêche, le fameux rési­du d’orge issu de la fabri­ca­tion de bières. Pour un petit déj’ bras­si­cole, gour­mand et local.

Ima­gi­nez, vous êtes en len­de­main de soi­rée, chez vous, au calme. On le sait (et vous le savez aus­si), le ventre gar­gouille tou­jours à son maxi­mum dans ces moments post-fies­ta. Dimi­try et Adrien ont eu l’i­dée de pro­lon­ger (un peu) la fête, en vous pro­po­sant de man­ger du mues­li à base de drêche de bière pour le petit déj’.

Pour l’ins­tant, les deux amis lil­lois pro­posent trois recettes de mues­li, mais ils espèrent bien pou­voir se déve­lop­per

Mais pour­quoi ce choix ori­gi­nal ? “J’ai vu un copain bras­ser sa bière, et pour 10 litres, 4 kilos de céréales par­taient à la pou­belle, ça fait beau­coup de gas­pillage”, explique Dimi­try. Du coup, il décide de se sai­sir du pro­blème et de réflé­chir avec des cama­rades de pro­mo à une solu­tion, dans le cadre d’un cours dans son mas­ter à l’U­ni­ver­si­té de Lille.

La recette de la potion magique

Et puis fina­le­ment, une fois l’an­née ter­mi­née, il a eu envie de conti­nuer là-dedans et il a invi­té Adrien, son pote qu’il avait ren­con­tré en classe pré­pa à Gas­ton Ber­ger à le rejoindre. Ils se sont lan­cés et ont enchaî­né plu­sieurs tests culi­naires “pas tou­jours réus­sis” de leur aveu : après des barres de céréales, des gaufres ou des steak végés, ils se sont mis aux cra­ckers et aux cookies, bien meilleurs… Mais fina­le­ment, c’est avec leur fameuse recette de mues­li “et le talent culi­naire d’A­drien” qu’ils ont eu une “révé­la­tion” et ont vrai­ment trou­vé leur concept.

Adrien (à gauche) et Dimi­try ont bien galé­ré avant de réus­sir à faire leur propre mues­li.

Vous l’au­rez com­pris, c’est bon pour la pla­nète parce que ça a pour but de réduire un max le gas­pillage ali­men­taire. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se trans­forme comme dirait l’autre Lavoi­sier.

Les deux com­pères se rendent régu­liè­re­ment dans des bras­se­ries par­te­naires du coin, qui leur refilent leur drêche, ils la font sécher et ils l’u­ti­lisent dans leur mues­li, qui est dis­po en trois recettes pour l’ins­tant : cho­co­lat banane, fruits amandes et céréales et, le p’tit nou­veau, le Ch’­ti, à base de spé­cu­loos, chi­co­rée et cho­co­lat.

Petit muesli deviendra grand

Pour deve­nir grand, Cheers a besoin de vous. Ils ont lan­cé leur cam­pagne de crowd­fun­ding sur Mii­mo­sa et les deux Lil­lois de 23 et 24 ans espèrent col­lec­ter 4000€ pour pou­voir vrai­ment se déve­lop­per. Ils vous pro­posent, en contre­par­tie du mues­li (évi­dem­ment), des goo­dies et même un ate­lier cui­sine à par­tir de la drêche (pour les plus géné­reux contri­bu­teurs).

Pour l’ins­tant, Dimi­try et Adrien se déplacent dans la métro­pole pour livrer leur mues­li, mais ils n’ex­cluent pas d’al­ler jus­qu’à Paris ou Bruxelles. À terme, les deux copains espèrent pou­voir se déve­lop­per, pro­po­ser des pro­duits bio, vendre leur mues­li en vrac et pour­quoi pas étendre leur gamme. En atten­dant, pour vous faire votre propre idée, il fau­dra comp­ter 3€ les 200 grammes de mues­li mai­son.