Petites Luxures expose ses dessins sensuels aux jeux de mots subtils à l’Acid Gallery

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

Vous faites peut-être partie du million d’abonnés qui suivent Simon, A.K.A. Petites Luxures sur Instagram. Depuis 2014, cet ancien graphiste parisien esquisse et détourne avec délicatesse et érotisme des expressions en dessins suggestifs. Il expose pour la première fois à Lille jusque fin novembre à l’Acid Gallery du Vieux-Lille.

C’est ma première expo française en solo, et ça me plaît que ce soit à Lille“. Si Simon Frankart se sent particulièrement à l’aise par chez nous (alors qu’il expose déjà à New-York, Ibiza et bientôt San Francisco), c’est parce qu’il a des potes dans le coin. “Quand Eric de l’Acid Gallery m’a appelé, je venais de crever à Marcq-en-Baroeul“, raconte-t-il tout souriant.

Le lendemain, on se rencontrait et le feeling est passé directement. Je n’en revenais pas moi même, ajoute de son côté Eric Delecourt. Et nous voilà à bosser ensemble de la plus simple des manières.” Depuis samedi, dans sa galerie du Vieux-Lille, on donc peut admirer sur toiles, sur skateboards ou encadrées, les dessins intimes et bien tournés de Simon.

Il y a encore cinq ans, ce dernier était un graphiste digital qui dessinait à côté pour le plaisir. “Petites Luxures, ça vient de trois jours de fièvre en 2014, confie Simon. J’étais grippé et je dessinais une pin-up, comme ça, entre plaisir et ennui. Sauf que je me suis endormi en cours de route. Quand je me suis réveillé, j’avais ce dessin inachevé entre les mains.”

Un dessin inachevé mais pas dénué d’intérêt. Simon va lui ajouter des mots et de l’érotisme. Voilà les trois piliers qui font le succès de Petites Luxures réunis. C’est via Instagram que l’engouement va prendre pour “cette vie quotidienne avec une pointe de cul“, plaisante Simon qui met un point d’honneur à rester “suggestif mais pas vulgaire“. “Je veux garder un dessin raffiné qui reste de bon goût“.

Pour sortir d’Instagram et aller admirer IRL les œuvres de Simon, il suffit de se rendre à l’Acid Gallery jusqu’au 30 novembre (pour l’instant). Ça se trouve au 11 rue de la collégiale et c’est ouvert du mercredi au samedi de 11 heures à 19 heures.