Bewööd, la marque d’accessoires en bois pour être stylé tout en restant éco-responsable

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Bewööd, c’est l’his­toire d’une petite marque de nœuds papillons et de bijoux en bois made in Lille. Avec le déve­lop­pe­ment de sa marque, Lau­ry espère aider les autres… et la pla­nète.

Nœuds papillons, bou­tons de man­chettes, boucles d’o­reilles, bra­ce­lets, col­liers, bagues, broches… Si vous aimez le bois et que vous ado­rez avoir une petite touche d’o­ri­gi­na­li­té, vous devriez bien vous entendre avec Lau­ry, la créa­trice de Bewööd.

Depuis presque cinq ans, cette Lil­loise déve­loppe sa marque locale et res­pec­tueuse de l’en­vi­ron­ne­ment. “L’his­toire de ma marque part de loin”, explique-t-elle.

Car petite, déjà, Lau­ry était pas­sion­née de des­sin, et aimait la nature et l’en­vi­ron­ne­ment. On vous laisse faire les maths : pas­sion des­sin + pas­sion nature = nais­sance du petit Bewööd en mars 2015.

Avant tout ça, Lau­ry a fait une licence de bio­lo­gie avant d’être rat­tra­pée par le des­sin. Elle reprend alors des études pour deve­nir gra­phiste et fait deux ans d’al­ter­nance dans une agence de com’. Mais ce n’é­tait pas vrai­ment le job de ses rêves… Que faire ? Quand on est pau­mée sur son ave­nir, quoi de mieux qu’une bonne année sab­ba­tique ?

J’ai pris le temps de des­si­ner, j’ai décou­vert la cou­ture aus­si”, explique-t-elle. Elle essaye plein de trucs qui lui plaisent. Et un jour, la révé­la­tion : “Mon voi­sin de pal­lier fai­sait de la découpe laser.” Et là boum, elle décide d’u­ti­li­ser cette nou­velle tech­nique pour lan­cer Bewöod.

Pour­quoi le bois ? Parce que c’est une matière natu­relle, par­di ! (Oui, on parle comme un vieux mage par­fois.) Mais aus­si un peu à cause de grâce à son papa “touche-à-tout, qui lui a appris à uti­li­ser des outils dans son enfance : “Il a eu une influence sur ce que je suis.”

Éthique, local et solidaire

Bewööd, c’est une col­lec­tion par an : “Je m’ins­pire des ten­dances mode et de ce que je vois dans la rue : de l’ar­chi­tec­ture, des pan­neaux, des formes géo­mé­triques.” Le tis­su, lui, change en fonc­tion de ses trou­vailles. Ce qui reste iden­tique, en revanche, ce sont les cer­ti­fi­ca­tions, Gots et Oeko-Tex. On vous la fait courte, mais en gros, ils sont éco­lo­giques, à res­pon­sa­bi­li­té sociale et non nocifs pour la san­té.

Et comme Lau­ry est plu­tôt une boss des tra­vaux manuels, elle s’oc­cupe de tout avec ses petites mains : des­sin, pro­to­ty­page, découpe laser, pein­ture, ver­nis, assem­blage avec le tis­su…

Crowdfunding, bretelles et Esat

Main­te­nant, la big boss de Bewööd a envie de plus. Elle a envie de bre­telles en fait. C’est par­ti d’un défi, pour un couple qui se mariait et après une pre­mière expé­rience réus­sie, Lau­ry, sou­te­nue par les MEL makers, lance sa cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif pour pro­duire plus de bre­telles, fabri­quées à base de bois de poi­rier fran­çais, de chutes de cuir pour le p’tit côté upcy­cling et de tis­su tou­jours aus­si res­pec­tueux.

L’en­vi­ron­ne­ment a une place impor­tante dans mon quo­ti­dien. C’é­tait une obli­ga­tion d’ac­cor­der mes convic­tions per­son­nelles avec mon pro­jet pro­fes­sion­nel”, explique la jeune entre­pre­neuse.

Si vous n’êtes pas encore convain­cus, sachez qu’en plus des valeurs qu’on vient de citer, Lau­ry est aus­si une belle per­sonne. En plus des jolies contre­par­ties qu’elle enver­ra à ses géné­reux contri­bu­teurs, l’argent récol­té aide­ra éga­le­ment les tra­vailleurs han­di­ca­pés et l’en­vi­ron­ne­ment.

Les futures bre­telles seront fabri­quées au sein des ate­liers Male­cot, un Esat qui favo­rise l’emploi des tra­vailleurs han­di­ca­pés. Grâce à sa cagnotte, Lau­ry espère pou­voir ache­ter des machines à rivets et leur offrir,pour qu’ils puissent aus­si tra­vailler avec d’autres marques et varier leurs acti­vi­tés”. L’argent récol­té ser­vi­ra aus­si à reboi­ser notre belle région, pour pro­té­ger les espèces ani­males qui y vivent.

Si vous vou­lez faire par­tie de cette belle aven­ture, c’est ici que vous pour­rez faire chauf­fer la CB pour aider Lau­ry.