La Bouquinerie du Sart regorge de pépites livresques mais aussi de jobs étudiants

Dans Ch'est bieau, WorkWorkWork
Scroll par là

Pho­to ©Bou­qui­ne­rie­Du­Sart

La petite entre­prise sociale de Vil­le­neuve-d’Ascq a bien gran­di en quatre ans. Elle a même ouvert une nou­velle bou­qui­ne­rie à Roncq cet été et elle recherche de jeunes amou­reux du livre et des gens pour la faire tour­ner jus­te­ment.

En à peine quatre ans, la Bou­qui­ne­rie du Sart a su prou­ver qu’on pou­vait com­bi­ner com­merce, social et amour de la lec­ture. Une recette qui peut éton­ner mais qui fonc­tionne plus que bien : dans son local de Vil­le­neuve d’Ascq, on trie plus de 5 000 livres par jour. Et “plus on trie, plus on vend, plus on peut embau­cher”, expli­quait Domi­tille qui y tra­vaille en juin der­nier.

C’é­tait juste avant l’ou­ver­ture de la nou­velle bou­qui­ne­rie dans la gale­rie com­mer­ciale d’Au­chan Roncq. Preuve que le concept ima­gi­né par Vian­ney et Marine en 2015 a de beaux jours de lui. Car dans l’é­quipe, on trouve quelques sala­riés (comme Domi­tille), des béné­voles (comme Domi­tille avant) mais aus­si (et sur­tout) des per­sonnes en réin­ser­tion.

C’est d’ailleurs le fon­de­ment même de la Bou­qui­ne­rie : offrir un contrat d’un an à une per­sonne qui vient d’un foyer. Sachant que le rêve ultime serait d’a­voir “un entre­pôt dans chaque grande ville de France avec des librai­ries dis­sé­mi­nées un peu par­tout pour conti­nuer d’entretenir l’accès à la culture”.

D’ailleurs, si vous aus­si le com­bo com­merce-social-lec­ture vous botte pas mal, sachez que la Bou­qui­ne­rie est sou­vent à la recherche de sta­giaires (sur de longues périodes) et recrute en ce moment des étu­diants en quête d’un job de 10,15 ou 20 heures/semaine. Il suf­fit d’envoyer un petit mail avec son CV à recrutement@bouquineriedusart.com.

On pré­cise quand même que pour aller jusque Roncq, mieux vaut être véhi­cu­lé (même si ce n’est pas obli­ga­toire).