L’ancienne usine élévatoire du Vieux-Lille va se transformer en combo resto-coworking-logements

Dans Chill, Dans la rue, Lille

©Velvet/WikiCommons

Scroll par là

Pho­to ©Velvet/WikiCommons

Ça se trouve au fin fond du Peuple-Belge, c’est grand, c’est his­to­rique et c’est sur­tout désaf­fec­té depuis des années. Ça, c’est l’u­sine élé­va­toire du Vieux-Lille et elle va connaître une nou­velle jeu­nesse en deve­nant un lieu où l’on pour­ra tra­vailler, man­ger et même habi­ter.

Com­men­çons par un brin d’his­toire : l’u­sine élé­va­toire du Vieux-Lille est une ancienne sta­tion de pom­page qui ser­vait dans le temps à aspi­rer l’eau de la Deûle pour l’a­che­mi­ner jus­qu’au canal de Rou­baix.

Éri­gée en 1876 (c’est d’ailleurs mar­qué des­sus, pra­tique pour s’en sou­ve­nir), elle a fonc­tion­né pen­dant de nom­breuses décen­nies avant que les canaux ne soient pro­gres­si­ve­ment com­blés et l’u­sine rem­pla­cée par d’autres sta­tions. Plus de bras de Deûle, plus d’u­ti­li­té pour cette sta­tion de pom­page qui va donc deve­nir une friche de 4 400m².

Nouveau spot chill ?

Depuis 2013, c’est la MEL qui en est pro­prié­taire et elle a remis le site en vente l’an­née der­nière. “Neuf acqué­reurs se sont mani­fes­tés”, explique La Voix du Nord avant de dévoi­ler le nom du vain­queur : le groupe Artea.

Ce qu’il pro­pose de faire de l’an­cienne usine élé­va­toire (qu’il a payé 3,25 mil­lions d’eu­ros) se décom­pose en plu­sieurs actes :

  • le bâti­ment prin­ci­pal doit deve­nir un cowor­king de 2000m².
  • les dépen­dances sur la gauche seront agran­dies pour deve­nir des loge­ments en coli­ving ou coloft (2000m² aus­si).
  • un res­tau­rant et un bar seront ins­tal­lés dans un nou­veau bâti­ment de 410 m² avec ter­rasse.
  • des espaces com­muns de détente et une micro-crèche de 120 m² vien­dront com­plé­ter tout ça.
Voi­là ce que ça devrait don­ner. ©Natha­lie T’Kindt

On n’a pas encore le calen­drier des tra­vaux mais on sait en en revanche que c’est l’archi­tecte lil­loise Natha­lie T’Kindt qui a œuvré à cette réha­bi­li­ta­tion.