Chez les Convives du Vieux-Lille, on veut rendre sexy la cuisine de mamie

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Cet été, l’ancien Tamper II de la rue Saint-André s’est transformé en resto sans chichi mais avec plein de gourmandise. Ça s’appelle les Convives et c’est tenu par trois potes amoureux de la cuisine et de la convivialité, dans la salle comme dans l’assiette.

C’est quand la dernière fois que vous avez mangé une bonne blanquette de veau ?” Quand Gaultier, l’un des trois Convives, nous pose cette question, on a direct la blanquette de notre maman en tête. La carbonnade ? Celle de notre mamie bien évidemment. “Et bien voilà, nous on voulait ça : un resto où on a l’impression de venir manger dans la famille ou chez des potes. Pour y dégusté un plat tradi’, remis au goût du jour“, résume Gaultier.

Ça veut dire que chez les Convives, il n’y a pas de nappes, pas de service guindé et on peut commander une marmite de navarin de veau déposée sur la table pour la partager avec l’ami qui nous accompagne.

Hey sexy mamie !

Créer un climat de convivialité où tout est simple et bon, c’est de là que sont partis Rémi et Gaultier, amis depuis six ans, pour monter leur resto. À l’époque de leur rencontre, le premier est responsable de bar, le second client du bar. Et de quoi parlent-ils au comptoir ? De bouffe bien évidemment. “On est des passionnés, on a ça dans le sang“, explique Rémi.

Les potes commencent à imaginer ce que pourrait être le futur resto qu’ils monteraient ensemble. “Au début, on se voyait plutôt sur une restauration le midi dans une zone industrielle et une clientèle de bureau“, se souvient le duo. Sauf que le hasard faisant très souvent bien les choses, Gaultier et Rémi, qui connaissent les gérants du Tamper, apprennent que ces derniers vendent leur numéro 2, celui de la rue Saint-André.

Et là, tout s’enchaîne : le local leur plaît, ils changent un brin leur concept de départ sans perdre les valeurs qu’ils voulaient à tout prix y instaurer : la convivialité sans chichi avec des plats gourmands et des produits de qualité.

Pour expliquer l’arrivée d’Antonin, le chef et troisième membre du trio, la légende veut que Rémi l’ai rencontré à la sortie d’un bar, il y a un an, sur cette discussion :

“- Rah la la la, je cherche un chef…
– Bah moi je suis chef !”

Voilà comment est née la “triforce” des convives, chacun étant complémentaire des deux autres.

Product love

En cuisine, Antonin est un amoureux du produit avant tout. “J’ai fait mes armes dans le gastro avant d’aller me ressourcer en enchaînant les saisons. C’est là que j’ai découvert l’amour et le respect du produit.”‘

Dans ses trois marmites, le jeune chef revisite des plats traditionnels avec des produits de saison et de qualité qu’il a dénichés par-ci par-là. “Attention, on revisite mais on fait du tradi’ comme il doit être fait, sans tricherie“, précise-t-il. D’ailleurs, quand une marmite débarque sur votre table, il l’a dressée à l’intérieur.

Il peut aussi vous servir à l’assiette bien évidemment comme le reste de la carte du soir qui change toutes les saisons.

Ah et il y a aussi de petites tueries en desser.

Pour le midi, ça change tous les jours. “On a déjà des habitués qui travaillent dans le coin et pour qui le resto est devenu leur cantine, explique Rémi. Ça tient aussi au fait qu’on soit cool tout en restant pro.” “Et qu’on reste abordable“, rajoute Gaultier.

Un bon dosage qui marche puisqu’on vous conseille quand même de réserver pour aller y passer un bon moment et un bon repas. Ah et demandez à Rémi de vous raconter sa blague sur le cheval, promis ça vaut son pesant d’or de sel.

Les Convives, c’est au 18 rue Saint-André et c’est ouvert du mardi au samedi, midi et soir. Ils mettent tous les plats du jours sur leur page Facebook ou en story sur Insta.