Samedi soir, c’est grosse soirée aux Arts et Métiers pour la nuit des Fignoss

Dans Lille, Music in my ears, Night Night

© Étudiants ENSAM

Scroll par là

Ima­gi­nez un peu, faire péter la tenue chic pour aller s’en­jailler à un grand gala aux dix-sept ambiances dif­fé­rentes, le tout dans un bâti­ment clas­sé monu­ment his­to­rique. C’est la classe, non ? Si c’est un des trucs ins­crits sur votre bucket list, ça ne va pas être trop com­pli­qué à réa­li­ser, parce que c’est exac­te­ment la des­crip­tion de la nuit des Fignoss, le gala de l’EN­SAM de Lille, qui se tient ce same­di.

Same­di, à par­tir de 22 heures, il y aura un peu la pos­si­bi­li­té de faire dix-sept soi­rées en une au sein même de l’EN­SAM (Ecole natio­nale supé­rieure des Arts et Métiers). À l’o­ri­gine, cette soi­rée vieille comme le monde de 59 ans, est orga­ni­sée pour l’in­té­gra­tion des pre­mière année de l’é­cole : “Les pre­mières et les deuxièmes années se ren­contrent pour tra­vailler ensemble sur le gala, avant ils sont sépa­rés”, explique Vincent, le pré­sident de l’event.

Et comme ils sont plu­tôt gen­tils, ils ont envie de par­ta­ger cette soi­rée gran­diose avec tout Lille. Pour un tel évé­ne­ment, les étu­diants de l’EN­SAM se sont bien retrous­sés les manches. “On tra­vaille des­sus en plus pen­dant quinze jours. Quelques jours avant, nos cours sont allé­gés, mais ça demande beau­coup de bou­lot”, explique Vincent.

17 ambiances pour 17 fois plus de fun

For­cé­ment, les dix-sept ambiances ne vont pas se pré­pa­rer toutes seules. Donc, les étu­diants sont au four et au mou­lin pour créer les dif­fé­rents bars, déco­rer les salles de cours, qu’ils ont au préa­la­ble­ment vidées, mon­ter deux cha­pi­teaux, orga­ni­ser un défi­lé de mode, créer un ice bar et même ins­tal­ler une fon­taine à eau géante à la place d’une cour #Rien­Que­Ça.

Le thème de cette édi­tion, c’est “les grandes décou­vertes”, parce que “cette année marque les 500 ans de la mort de Léo­nard de Vin­ci. Comme on est une école d’in­gé­nieurs géné­ra­listes, on s’est dit que ça col­lait bien”, raconte Vincent. Du coup chaque salle aura un rap­port avec une grande décou­verte qui a un peu (beau­coup) aidé l’hu­ma­ni­té. On ne va pas tout vous spoi­ler, mais il y aura entre autres, des salles Tes­la, décou­verte de l’au­to­mo­bile, créa­tion de la lumière et plein d’autres.

Dans cer­taines salles, les ambiances seront, en plus, ryth­mées par des concerts et des DJ set : ambiance tech­no under­ground dans les ate­liers de l’é­cole ; musique clas­sique dans la gale­rie d’hon­neur, jazz dans la B.U. tech­no et varié­té dans les cha­pi­teaux… il y aura aus­si du rock ou de la musique latine.

Il y a un côté vrai­ment gala classe, où tout le monde s’ha­bille bien, dans un bâti­ment qui date de la fin du XIXe siècle qui contraste un peu avec le côté dix-sept ambiances dif­fé­rentes, qui vont conve­nir à tout le monde”, assure Vincent. C’est un sacré évé­ne­ment, qui néces­site une sacrée orga’ et les étu­diants attendent entre 3500 et 4000 per­sonnes. Donc, si vous ne savez pas quoi faire same­di soir, go l’EN­SAM.

Si vous vou­lez en être, c’est donc ce same­di 23 novembre à par­tir de 22 heures au sein de l’EN­SAM, située au 8 bou­le­vard Louis XIV (métro Grand Palais). On vous laisse l’é­vé­ne­ment Face­book. L’en­trée, c’est 22€ pour les étu­diants et 32€ pour les autres, et vous pou­vez les prendre là. Tenue de gala exi­gée, vous l’au­rez com­pris.