La nouvelle place Louise-de-Bettignies est officiellement terminée

Dans Dans la rue, Lille
Scroll par là

Depuis jan­vier 2019, la place du Vieux-Lille était en chan­tier. Un bon gros chan­tier même. Elle était de nou­veau acces­sible depuis la fin de l’é­té mais n’a­vait pas fini de se refaire une beau­té. C’est désor­mais chose faite.

La nou­velle place Louise-de-Bet­ti­gnies a déjà vécu sa pre­mière Bra­de­rie puis­qu’elle a été trans­for­mée en dance-floor géant. Les Lil­lois se sont depuis habi­tués à tra­ver­ser la place sans sla­lo­mer entre les voi­tures. Car vous vous sou­ve­nez du par­king en épi en plein milieu ? Pouf, dis­pa­ru. A la place, une vaste place pié­tonne aux pavés neufs avec trois bancs cir­cu­laires entou­rant cha­cun un arbre.

Le but affi­ché par la mai­rie au début des tra­vaux était assez clair : réduire la cir­cu­la­tion pour don­ner plus d’espace aux pié­tons et aux modes de trans­ports doux. En revanche, le côté miné­ral de la nou­velle place a pas mal été décrié même si l’a­mé­na­ge­ment n’é­tait pas ter­mi­né à la fin de l’é­té.

La place à la fin de l’é­té 2019.

Mais là, ça y’est, la place a fini d’être pim­pée. Comme pro­mis par la mai­rie, il y a plus de ver­dure que cet été. Enfin, il y a trois arbres : “deux ormes et un frêne amé­ri­cain”, détaille un confrère de La Voix du Nord. C’est tou­jours mieux qu’a­vant les tra­vaux où il n’y en avait aucun dirons-nous.

Ce qui fait sur­tout du bien aux pié­tons (et quoi doit bien évi­dem­ment ennuyer beau­coup plus les auto­mo­bi­listes), c’est la dis­pa­ri­tion du fameux par­king et la conser­va­tion d’une seule voie de cir­cu­la­tion étroite, de l’A­ve­nue du Peuple-Belge vers la rue de la Mon­naie.

Next one

La pro­chaine à par­tir dans la folle aven­ture des tra­vaux en 2020 est la place du Lion-d’Or. Le chan­tier doit démar­rer en mars pour s’a­che­ver en octobre. Là aus­si le but de la mai­rie est de rendre cette espace très fré­quen­té plus accueillant pour les pié­tons. Le tra­fic auto­mo­bile doit y être réduit pour rendre la place du Lion-d’Or aux trois-quarts pié­ton­niers, pré­cise La Voix du Nord.