À Wazemmes, Se souvenir des belles choses ramène du bio et du fait-maison dans vos assiettes

Dans C'est green, Food Porn, Lille
Scroll par là

Depuis le mois de sep­tembre, il y a un petit nou­veau dans la rue Gam­bet­ta. C’est le res­to Se sou­ve­nir des belles choses. Là-bas vous ne trou­ve­rez que des bons plats bios et faits-mai­son : une cui­sine aus­si bonne pour les papilles que pour la san­té.

Se sou­ve­nir des belles choses vient peut-être juste de débar­quer à Lille, mais Ber­na­dette et Camille, la mère et la fille qui le tiennent, n’en sont pas à leur coup d’es­sai. Avant, elles avaient déjà leur propre res­to, Des mer­veilles dans la théière, à Vil­le­neuve-d’Ascq. L’a­ven­ture y a duré sept ans, à une époque où le bio com­men­çait à peine à émer­ger : “On avait un beau petit local qui était sou­vent rem­pli. Alors on a cher­ché un endroit un plus grand”, expliquent-elles. Et voi­là com­ment elles ont quit­té Vil­le­neuve-d’Ascq pour la rue Gam­bet­ta.

Camille et Ber­na­dette ont ouvert leur res­tau­rant à Lille en sep­tembre 2019.

Avant le début de l’a­ven­ture, il y a sept ans, Ber­na­dette et Camille n’a­vaient jamais mis les pieds dans le monde de la res­tau­ra­tion. La mère était délé­guée médi­cale et la fille venait de ter­mi­ner son mas­ter de droit pri­vé en sciences cri­mi­nelles : “Je me suis ren­due compte qu’on peut chan­ger beau­coup de choses dans son corps grâce à une bonne ali­men­ta­tion. Il y a une bonne façon de se nour­rir pour gar­der le cap, sans avoir besoin d’al­ler à la phar­ma­cie ou chez le doc­teur”, explique Ber­na­dette.

Leur concept est simple. Chez Se sou­ve­nir des belles choses, tout est bio, fait-mai­son et local au max. “Nous sommes très enga­gées pour la pla­nète. On essaye de faire le maxi­mum à notre échelle. Nous ne fai­sons nos courses que très loca­le­ment et on achète que des pro­duits de base, aucun pro­duit trans­for­mé. Tout est fait ici.” For­cé­ment, quand on est voi­sin des Halles de Wazemmes, on a le bon spot tout trou­vé pour aller faire ses courses loca­le­ment. “On fait une cui­sine simple, mais qui res­pecte le corps”, pré­cise-t-elle.

Déclinaisons de plats

Tous les jours, elles pro­posent des décli­nai­sons de plats dif­fé­rents en fonc­tion de ce qu’elles trouvent dans leurs emplettes. On retrouve tou­jours un bur­ger car­né, un bur­ger végé, un ramen qui peut-être décli­né en végé, viande ou pois­son par­fois, et un plat du jour. Par exemple, une ron­delle de tomates peut se glis­ser dans le bur­ger, mais quand il n’y en a plus, ben il n’y en a plus. On passe au pro­chain légume de sai­son, en l’oc­cur­rence une tranche de poti­mar­ron en ce moment. “Rien n’est lais­sé au hasard, on suit le fil de la sai­son”, explique Ber­na­dette.

D’ailleurs, chez Se sou­ve­nir des belles choses, (presque) rien ne se perd non plus. “Quand on peut on n’é­pluche pas les légumes, et si c’est le cas, on garde les éplu­chures pour faire autre chose”, his­toire de limi­ter un max la quan­ti­té de déchets. “On essaye de ne pas faire trop de gas­pillage”, sou­lignent-elles.

Comme on ne finit pas son repas sans une p’tite touche sucrée, il y a aus­si plein de très bonnes pâtis­se­ries fait mai­son (big up au moel­leux à la pis­tache). Par contre, on vous pré­vient, venez le ventre bien vide avant d’al­ler man­ger cette bonne cui­sine fami­liale, parce que les por­tions sont bien géné­reuses. Et pour accom­pa­gner tout ça, les filles pro­posent une grande varié­té de thés, et des vins bios. “Mais on va tendre vers des vins natures. En 2020, on n’au­ra plus que ça. Ce sont des vins qui peuvent bou­ger avec le temps, des vins vivants quoi”, expliquent-elles.

Et pour ceux qui aiment mélan­ger le sucré-salé, rien de mieux qu’un brunch, bio, ça va sans dire. Ça tombe bien, il y en aura un le dimanche 22 décembre, avec plein de plats qui ont l’air bien chouet­tos.

Sachez aus­si que si vous êtes dans un rush, tout peut être empor­té chez Se sou­ve­nir des belles choses. Quand on vous dit tout, on ne vous parle pas que de la bouffe. “Tout s’a­chète : la nour­ri­ture, le vin, le thé, la déco, les meubles…”, s’a­muse Camille. Donc vous pou­vez faire vos réserves.

Le res­to est situé au 375 rue Gam­bet­ta et il est ouvert du mar­di au same­di de midi à 15 heures, et aus­si les jeu­di et ven­dre­di de 18 heures à 22 heures. Côté plat, comp­tez entre 15 et 20€, en moyenne, pour de grosses por­tions. En atten­dant de tes­ter IRL, pour baver sur la bonne cui­sine saine et fami­liale, c’est sur Face­book.