Apapap, la nouvelle plateforme gratuite et made in Lille d'échange de savoirs

Dans Culturons-nous, Lille

©Apapap

Scroll par là

Pour ceux qui n’en ont jamais assez d’apprendre, sachez qu’il n’y a pas qu’Internet pour ça. Il y a aussi votre grand-mère, votre voisin ou un inconnu qui habite le quartier d’à côté. Pour vous connecter à tous ces gens, un jeune lillois d’adoption a créé Apapap, une plateforme gratuite d’échange de savoirs où tout se monnaie en temps.

Imaginez un monde où la connaissance serait accessible à tous, et, surtout, ne se monnaierait pas en euro ou en dollar mais en temps. Et bien, ce monde, François Haeck, un Picard de 29 ans qui vit désormais à Lille, en rêve aussi. Pour lui, le savoir, ça doit être gratuit et se partager IRL.

Apprendre à coder, à faire de belles photos, à tricoter ou à faire sa lessive maison : tout ça, vous pouvez l’apprendre soit via des tutos sur Internet soit dans des ateliers dédiés. Mais François a quand même constaté qu’il y avait des limites :

  • les tutos en ligne, c’est gratuit mais niveau interaction si on galère, ce n’est pas le top
  • les ateliers, c’est génial mais ce n’est pas à la portée de toutes les bourses

Je pars du principe que tout le monde veut apprendre et a aussi quelque chose à transmettre, explique-t-il. Du coup, j’ai commencé à imaginer une plateforme où on pourrait justement rendre visibles et faciliter ces échanges de connaissances localement et, surtout, gratuitement“.

Incubé à Euratech’

Voilà comment est né Apapap, son projet de plateforme sur lequel il bosse depuis un an depuis son retour d’Asie. “Je travaillais dans la pub à Paris il y a encore deux ans et demi et j’ai fait ce qu’on appelle un ‘brown-out‘ : je ne trouvais plus aucun sens à mon travail parce qu’il ne correspondait plus à mes valeurs“.

François Haeck, le créateur d’Apapap. ©EuraTechnologies

De là, il a tout quitté, son CDI et la capitale, pour partir en voyage. Avec déjà cette petite idée de plateforme dans un coin de la tête. À son retour en France, il débarque à Lille, une ville où il a déjà vécu quelques années, et y retrouve un job, histoire de payer son loyer. “Clairement, j’étais un peu paumé, je ne savais pas trop où j’allais.” Il sait juste que l’économie sociale et solidaire (ESS) lui parle. Voilà comment il se retrouve à une matinée dédiée à l’ESS à l’APEC.

Là, c’est le déclic. Parce que je vois que je ne suis pas seul et que c’est possible“, raconte François. Il bosse son idée de plateforme et arrive à entrer en incubation à Euratech’ en mai dernier. Et depuis le 12 novembre, Apapap est officiellement en ligne et opérationnelle.

Troc de connaissances

Vous avez juste à vous inscrire en ligne, à détailler où vous habitez, ce que vous voulez apprendre et les connaissances que vous pouvez transmettre aux autres Lillois. C’est ensuite Apapap qui fait le reste. Exemple, vous maîtrisez Photoshop et un membre vous demande de l’initier pendant une heure : il va vous contacter via la plateforme et vous envoyer un mail. Vous vous filez rendez-vous dans un lieu neutre ou chez l’un ou l’autre, on vous génère un code que vous rentrez sur la plateforme. Une fois votre date du savoir tenu, vous avez gagné une heure à dépenser pour apprendre autre chose auprès d’un autre membre.

Apapap est en recherche de personnes pouvant partager sur Lille et la MEL des savoirs comme : – En musique, du piano…

Publiée par Apapap.fr sur Jeudi 5 décembre 2019

Et ici, le temps c’est vraiment de l’argent puisqu’on troque ses connaissances en heures et non en euros . “À l’inscription, vous avez un portefeuille avec trois heures que vous pouvez déjà dépenser comme bon vous semble, explique François. À chaque fois que vous donnez vous-même de votre temps pour transmettre un savoir à une personne, vous regagnez des heures.

Pour les gens comme vous et moi, il n’y a donc aucun euro à débourser et c’est “sans entourloupe” promet le créateur. “Il n’y a pas de pub cachée ou de revente de vos données”.

Du coup, aucune excuse pour ne pas vous inscrire là tout de suite maintenant sur Apapap. Et ne dites pas que vous n’avez rien à apprendre aux autres : tout le monde a au moins une connaissance à partager.La seule limite dans liste des savoirs à s’échanger sur la plateforme, c’est votre imagination.”

Apapap, c’est un site mais aussi une page Facebook.