La réforme des APL est repoussée au 1er avril

Dans Money Money Money, Un toit sur la tête

Photo Patrick JAMES / Archives La Voix du Nord

Scroll par là

Non ce n’est pas un pois­son d’a­vril. La fameuse réforme des APL dont on parle depuis fin 2017 va devoir une nou­velle fois chan­ger sa date d’ap­pli­ca­tion. Ce ne sera fina­le­ment pas pour le 1er jan­vier 2020 mais pour le 1er avril.

C’est le ministre char­gé de la Ville et du Loge­ment, A.K.A. Julien Denor­man­die, qui l’a annon­cé ce jeu­di. Le nou­veau cal­cul des aides au loge­ment va devoir attendre quatre mois avant de faire sa grande arri­vée.

Déjà repor­tée moult fois, la réforme doit per­mettre de mieux cal­cu­ler les fameuses APL. Concrè­te­ment cette actua­li­sa­tion des allo­ca­tions (ou “contem­po­ra­néi­té” des Aides Per­son­na­li­sées au Loge­ment pour les puristes), ça veut dire que pour cal­cu­ler vos APL, la CAF pren­dra en compte non plus vos reve­nus d’il y a deux ans, mais vos reve­nus actuels.

Et c’est jus­te­ment la CAF (ou CNAF mais ça veut tou­jours dire Caisse natio­nale des allo­ca­tions fami­liales) qui a deman­dé un délai au gou­ver­ne­ment. Dans un com­mu­ni­qué, elle explique qu’elle a besoin d’un tri­mestre sup­plé­men­taire pour être tout à fait prête au niveau tech­nique. Du coup, le ministre Julien Denor­man­die a acté ce report pour évi­ter les bugs dès le lan­ce­ment et “assu­rer à tous les allo­ca­taires le juste ver­se­ment de leurs aides au loge­ment”.

En recal­cu­lant les APL tous les tri­mestres, l’E­tat entend faire des éco­no­mies de l’ordre de 1,2 mil­liard d’eu­ros selon plu­sieurs médias. Bah oui, les jeunes tra­vailleurs, par exemple, pou­vaient encore tou­cher deux ans les APL en décla­rant leurs reve­nus d’é­tu­diant. Ce ne sera plus pos­sible désor­mais. En revanche, pour un jeune retrai­té, il n’au­ra plus à attendre deux ans pour les tou­cher s’il touche une petite pen­sion. Bref, quoi qu’il arrive la réforme doit arri­ver un jour, le 1er avril 2020 au plus tôt donc.

Si vous vou­lez véri­fier vos droits aux APL, on vous conseille de faire la simu­la­tion de la CAF, mais au lieu de mettre votre salaire d’il y a deux ans, met­tez celui d’aujourd’hui.