Saint-Lazare, la marque lilloise qui propose des accessoires upcyclés

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

À Lille, une petite nouvelle vient de faire son apparition dans le paysage des marques écoresponsables. Saint-Lazare propose des accessoires upcyclés à base de matériaux en fin de vie, comme du caoutchouc, des lances à incendie ou des chambres à air. Pour être stylé et respectueux de l’environnement.

Je suis une passionnée de couture. J’ai toujours fait de l’upcycling en récupérant de vieilles chemises pour en faire des vêtements pour enfants, raconte Capucine Thiriez, la créatrice de 37 ans de Saint-Lazare. Un jour, j’ai décidé de prendre une chambre à air de vélo, je me suis dit que j’allais tenter quelque chose et je l’ai découpée.” Là, Capucine se dit qu’elle tient sûrement quelque chose et elle se lance dans l’upcycling.

Ça c’est Capucine, la boss de Saint-Lazare

Depuis plus de dix-huit mois, elle travaille sur son concept, avec un petit coup de pouce d’Innotex, l’incubateur du CETI et c’est en novembre que sa marque voit officiellement le jour. Avec Saint-Lazare, elle propose plein d’accessoires : ceintures, nœuds papillons, bretelles, bracelets, sautoirs, boucles d’oreilles ou encore porte-clefs, toujours fabriqués à partir de matériaux upcyclés : “Je ne vois pas de chambres à air, mais des bretelles.”

Pour faire tout ça, elle promeut le local au max. Tout est fait dans un rayon de 50 kilomètres autour de Lille. On est sur du made in Europe, parce qu’une partie des accessoires sont fabriqués à la frontière belge, à Comines, pour être tout à fait exact. Les lances à incendies qu’elle utilise arrivent tout droit de Bousbecque, les chambres à air de camion, elles, sont collectées à Avion, celles de vélo viennent de Lille et le nettoyage, le tri et la découpe de ces dernières a lieu dans un ESAT à Wambrechies, qui permet aux personnes en situation de handicap de s’insérer par le travail.

Ça coulait un peu de source pour Capucine de créer une entreprise écoresponsable, sociale et solidaire, parce qu’avant tout ça, elle a bossé dans le social et dans une entreprise adaptée. “Les valeurs de Saint-Lazare sont très claires, il y a la simplicité avec des produits qui surfent sur le “less is more” ; l’élégance ; la transparence et l’optimisme, parce que j’aime voir le verre à moitié plein“, précise la boss.

Maître mot : l’élégance

Le nom Saint-Lazare “fait référence au chic parisien et à l’élégance à la française. En plus, c’est un clin d’oeil à l’upcycling, parce que Lazare est le premier à avoir été ressuscité” dans le Nouveau Testament, explique Capucine. Et tout a été pensé dans les moindres détails, parce que le symbole de Saint-Lazare, c’est un scarabée. Et vous savez quoi ? C’est encore un clin d’œil. Eh oui, mais cette fois au renouveau et à la résurrection. Ça colle plutôt bien au parcours de Capucine, non ?

On retrouve bien le côté écoresponsable avec l’upcycling, et pour l’élégance, Capucine mise sur des produits de qualité pour accompagner tout ça. Pour ses ceintures, les boucles sont en laiton massif et elle les achète directement en Italie auprès du fournisseur. “On est dans du recyclage haut-de-gamme“, insiste-t-elle. Ça a l’air de plutôt bien plaire, puisqu’elle avait fait une campagne de crowdfunding pour se lancer et qu’elle a dépassé son objectif : elle a fait 130 préventes au lieu de 100. Niveau tarif, comptez 8€ pour un porte-clef, 40€ pour un bracelet ou 80€ pour une ceinture.

Même si la marque est encore toute jeune, Capucine a déjà plein d’idées pour la développer en 2020. Déjà, elle aimerait beaucoup trouver d’autres matières en fin de vie à upcycler. Ensuite, elle voudrait se lancer dans la maroquinerie, avec des porte-cartes, des portefeuilles, de la bagagerie, pour que tout nos petits produits du quotidien soient plus responsables. Un beau programme.

Pour voir tous les produits de Saint-Lazare, go sur le site internet de la marque. Vous pouvez aussi suivre ses aventures sur Facebook et sur Instagram.