De l’alternance et des cours pratiques : à Villeneuve-d’Ascq, on forme les banquiers 2.0 de demain

Dans Article Sponsorisé, La Fac, Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @CFPB

Aujourd’­hui, le métier de ban­quier traîne encore la blinde de cli­chés du style “c’est un voleur qui nous fout des agios pour ensuite se cara­pa­ter avec nos sous en vacances”. Bon, si des jeunes comme et nous conti­nuent de vou­loir faire ce job, c’est que ça doit être loin de la véri­té tout ça.

Vous l’ai­mez, vous, votre ban­quier ? Peut-être que vous ne l’a­vez encore jamais ren­con­tré en vrai. Nor­mal, de nos jours, plus besoin de lui pour effec­tuer un vire­ment ou encais­ser un chèque. “Mais on est là pour les moments clés de la vie des clients, raconte Samuel, en mas­ter 2 de conseiller patro­mo­nial au Centre de For­ma­tion Pour la Banque (CFPB) de Vil­le­neuve-d’Ascq. Pour la pre­mière voi­ture ou le pre­mier appart’ par exemple. Et c’est là qu’on a tout notre rôle à jouer”.

Et ne croyez pas qu’il a vou­lu faire ça depuis tout petit : Samuel était inter­mit­tent du spec­tacle avant d’in­té­grer le centre en BTS il y a quelques années. Dylan, dans sa pro­mo, a fait 36 000 jobs avant d’ar­ri­ver là, lui aus­si. Pour­quoi s’être tour­né vers la banque ? “Parce que j’a­vais besoin de sta­bi­li­té dans ma vie et, sur­tout, d’un job en contact avec les gens, que je pour­rai apprendre sur le ter­rain”, explique-t-il.

C’est là tout le prin­cipe du CFPB qui croit dur comme fer que c’est en for­geant qu’on devient for­ge­ron. “L’al­ter­nance, c’est dès le début, raconte Rémy qui s’est retrou­vé dès 18 ans en agence. On ne se rend pas compte quand on est étu­diant de la réa­li­té du monde du tra­vail. Ici, on apprend en cours avec des pro’ de la banque, pas des profs qui vont nous bom­bar­der de théo­rie. On bosse la pra­tique qu’on peut l’ap­pli­quer direc­te­ment en agence la semaine d’a­près.”

C’est un monde beau­coup plus simple, cadré et clair que je ne le pen­sais”, avoue Dylan. “Il y a un côté com­mer­cial super inté­res­sant, ajoute Samuel. Cou­plé avec le conseil et le fait de devoir trou­ver des solu­tions pour répondre aux attentes du client, c’est là que notre pré­sence prend du sens.”

Vous l’a­vez com­pris, on est loin d’une for­ma­tion où on apprend les taux de la bourse ou com­ment faire payer des frais à ses futurs clients. Les cours sont en petits groupes, avec beau­coup de mise en situa­tion et du par­tage d’ex­pé­rience. Le but ultime : être un bon conseiller qui apporte des solu­tions.

Pour voir ça de vos propres yeux, le CFPB orga­nise ses portes ouvertes le 29 jan­vier (de 14 heures à 17 heures) pour vous pré­pa­rer à son job dating du 19 février dans ses locaux à Villeneuve‑d’Ascq, pour des alter­nances (de BTS à mas­ter 2) qui démar­re­ront à la ren­trée pro­chaine. Débar­quez avec un CV, une lettre de moti­va­tion et un lion dans le ventre. Et si vous n’êtes pas dis­po ce jour là, vous pou­vez aller à Amiens le 13 février pro­chain. Toutes les infos pra­tiques sont sur le site du CFPB.

Article spon­so­ri­sé @CFPB