De l’alternance et des cours pratiques : à Villeneuve-d’Ascq, on forme les banquiers 2.0 de demain

Dans Article Sponsorisé, La Fac, Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Article sponsorisé @CFPB

Aujourd’hui, le métier de banquier traîne encore la blinde de clichés du style “c’est un voleur qui nous fout des agios pour ensuite se carapater avec nos sous en vacances”. Bon, si des jeunes comme et nous continuent de vouloir faire ce job, c’est que ça doit être loin de la vérité tout ça.

Vous l’aimez, vous, votre banquier ? Peut-être que vous ne l’avez encore jamais rencontré en vrai. Normal, de nos jours, plus besoin de lui pour effectuer un virement ou encaisser un chèque. “Mais on est là pour les moments clés de la vie des clients, raconte Samuel, en master 2 de conseiller patromonial au Centre de Formation Pour la Banque (CFPB) de Villeneuve-d’Ascq. Pour la première voiture ou le premier appart’ par exemple. Et c’est là qu’on a tout notre rôle à jouer“.

Et ne croyez pas qu’il a voulu faire ça depuis tout petit : Samuel était intermittent du spectacle avant d’intégrer le centre en BTS il y a quelques années. Dylan, dans sa promo, a fait 36 000 jobs avant d’arriver là, lui aussi. Pourquoi s’être tourné vers la banque ? “Parce que j’avais besoin de stabilité dans ma vie et, surtout, d’un job en contact avec les gens, que je pourrai apprendre sur le terrain“, explique-t-il.

C’est là tout le principe du CFPB qui croit dur comme fer que c’est en forgeant qu’on devient forgeron. “L’alternance, c’est dès le début, raconte Rémy qui s’est retrouvé dès 18 ans en agence. On ne se rend pas compte quand on est étudiant de la réalité du monde du travail. Ici, on apprend en cours avec des pro’ de la banque, pas des profs qui vont nous bombarder de théorie. On bosse la pratique qu’on peut l’appliquer directement en agence la semaine d’après.”

C’est un monde beaucoup plus simple, cadré et clair que je ne le pensais“, avoue Dylan. “Il y a un côté commercial super intéressant, ajoute Samuel. Couplé avec le conseil et le fait de devoir trouver des solutions pour répondre aux attentes du client, c’est là que notre présence prend du sens.”

Vous l’avez compris, on est loin d’une formation où on apprend les taux de la bourse ou comment faire payer des frais à ses futurs clients. Les cours sont en petits groupes, avec beaucoup de mise en situation et du partage d’expérience. Le but ultime : être un bon conseiller qui apporte des solutions.

Pour voir ça de vos propres yeux, le CFPB organise ses portes ouvertes le 29 janvier (de 14 heures à 17 heures) pour vous préparer à son job dating du 19 février dans ses locaux à Villeneuve-d’Ascq, pour des alternances (de BTS à master 2) qui démarreront à la rentrée prochaine. Débarquez avec un CV, une lettre de motivation et un lion dans le ventre. Et si vous n’êtes pas dispo ce jour là, vous pouvez aller à Amiens le 13 février prochain. Toutes les infos pratiques sont sur le site du CFPB.

Article sponsorisé @CFPB