Ça y est, on peut faire un Amiens-Lille en TER en moins d’une heure

Dans Lille, Transport, Voyage Voyage
Scroll par là

En théo­rie, depuis le 15 décembre, il est pos­sible de prendre des TER-GV (à grande vitesse, quoi) pour relier Amiens à Lille. Mais en fait, avec le mou­ve­ment de grève contre la réforme des retraites, ça a été (un poil) plus com­plexe que ça. Depuis début jan­vier, on peut enfin relier Amiens-Lille en moins d’une heure en TER, et ça, c’est plu­tôt cool.

Cette nou­veau­té dans le pay­sage des TER Hauts-de-France était pas­sée plu­tôt inaper­çue à cause de la grève contre la réforme des retraites. Mais, le 6 jan­vier, le pre­mier TER-GV quo­ti­dien qui relie Amiens à Lille a bien été mis en ser­vice.

Qu’est-ce que ça change, vous deman­dez-vous sûre­ment. Eh bien, c’est un gain de temps. Pour vous la faire courte, le tra­jet clas­sique en TER dure 1h17. Figu­rez-vous qu’a­vec la ligne TER-GV, le tra­jet prend 54 minutes pour l’al­ler Amiens-Lille et 57 minutes pour le retour, ce qui fait tout de même plus de 20 minutes de gagnées. Et le matin, quand on a du mal à sor­tir du lit, c’est un temps pré­cieux.

Si le TER-GV peut aller plus vite, c’est parce qu’entre Lille et Amiens, le train ne s’ar­rête qu’une fois à Arras, mais aus­si parce qu’il emprunte un tron­çon de la ligne à grande vitesse à par­tir d’Ar­ras, rap­portent nos col­lègues du Cour­rier Picard.

En revanche, il n’y a qu’un seul aller/retour Amiens-Lille par jour en TER-GV. Le départ a lieu à 6h43 à Amiens et le retour se fait à 19h21 depuis Lille-Europe. Bon, après on se dit que c’est tou­jours ça de pris. La mesure était une pro­messe de cam­pagne de Xavier Ber­trand, qui vou­lait que le temps de tra­jet entre les deux ex-capi­tales de région soit réduit à une heure, pré­cise le quo­ti­dien régio­nal de Picar­die. Voi­là qui est fait.

Pour uti­li­ser les TER-GV, il faut rajou­ter un p’tit sup­plé­ment sur le prix du train : 2€ par tra­jet, ou 12€ pour les abon­ne­ments heb­do­ma­daires et 22€ pour les abon­ne­ments men­suels. En théo­rie, ces trains sont ouverts à la réser­va­tion direc­te­ment sur le site TER Hauts-de-France, mais en ce moment, un bug tech­nique empêche de le faire. Le pro­blème devrait être réso­lu d’i­ci quelques jours, nous a confir­mé la SNCF. En atten­dant, le seul moyen de réser­ver ces trains, c’est de se rendre direc­te­ment en gui­chet.