Paris-Brewbaix, la bière pour laquelle il va falloir pédaler sec

Dans Bière, Lille, Sueur
Scroll par là

Vous savez peut-être que chaque année, une petite com­pé­ti­tion spor­tive met des dizaines de cyclistes sur les routes sépa­rant Paris et Rou­baix, atti­rant au pas­sage tout un tas de spec­ta­teurs le long de ces dites routes. Un peu comme un hom­mage à “l’en­fer du nord”, le col­lec­tif de bras­seurs Brew­baix a ima­gi­né une bière un peu spé­ciale.

Un peu spé­ciale parce qu’elle sera bras­sée à la force des mol­lets. Enten­dez que la cuve dans laquelle elle sera bras­sée sera ali­men­tée en cou­rant par… un vélo. “On n’a­vait pas envie de pas­ser à côté du Paris-Rou­baix”, raconte Jérôme, membre fon­da­teur du col­lec­tif. “Le ReS­tore nous a don­né un vélo de course old school”. Comme les membres de Brew­baix sont des bidouilleurs-bri­co­leurs, il ne leur a pas été dif­fi­cile d’i­ma­gi­ner un sys­tème qui per­met à une cuve de bras­sage de chauf­fer grâce au péda­lage.

Houblon surprise

Et pas ques­tion de faire ça dans leur coin. “On a invi­té des acteurs rou­bai­siens pour péda­ler.” Des artistes, membres de l’of­fice de tou­risme, du Coli­sée, ou encore de la Plaine Image vien­dront se relayer ce same­di pour faire tour­ner ce bras­sage. “L’i­dée, c’est que chaque invi­té pédale quelques minutes.” Le tout pour mijo­ter 500 litres d’une bière, la Paris-Brew­baix, qui sera mise en vente une semaine avant la com­pé­ti­tion qui aura lieu le 11 avril. Cette bière, elle sera blonde, pas trop forte et pas com­pli­quée à aimer. “Mais on ne veut pas en faire une pils tra­di­tion­nelle non plus. La sur­prise vien­dra des hou­blons choi­sis”, pro­met Jérôme.

On la met­tra en vente à l’of­fice de tou­risme de Rou­baix, et direc­te­ment à la bras­se­rie. La veille du Paris-Rou­baix, on sera dans le vil­lage au bord du stade vélo­drome, aus­si.

Pour suivre les folles aven­tures de Brew­baix, on vous recom­mande Face­book et Ins­ta­gram.