Halle gourmande de Fives : ce qu’on sait à quelques mois de l’ouverture

Dans Chill, Food Porn, Lille
Scroll par là

On avait dit au revoir à la Friche Gourmande l’été dernier en se disant, plein d’émotion, que rien ne l’égalerait jamais. On va revenir sur cette affirmation. La Halle Gourmande qui va ouvrir au printemps devrait animer Fives tout à fait honnêtement. On a fait le point avec le patron de Petite Lune, qui va exploiter cette halle de la friche FCB.

L’autorisation de travaux a été délivrée, le choix des restaurateurs est “en cours de finalisation“, le concept est trouvé, approuvé… “On va ouvrir au printemps“, confirme Antoine Braud, patron de Petite Lune, la société parisienne qui va animer la Halle Gourmande, le food court de 1200 m² (et 3000m² de terrasse) tant attendu qui s’installera dans la halle F6 de la friche Fives Cail Babcock.

Scénographie végétale

Pour vous la faire courte, Petite Lune, c’est la chouette boîte qui se cache derrière La Javelle, guinguette food court installée sur les bords de Seine dans le 15e à Paris. “Ça a très vite super bien marché. On a eu envie de créer d’autres projets.” Quatre autres lieux de chill alternatifs ont depuis vu jour. Et maintenant, Fives. “Le projet de la friche est différent parce qu’il est beaucoup plus abouti que les autres. On avait l’habitude de partir de rien, là on arrive en fin d’aventure.” Avec la mission la plus délicate : amener une diversité culinaire, assurer l’ambiance et les animations, bref, faire en sorte que la sauce prenne.

Pour cela, les grands moyens ont été déployés. “On a tenté de coller au projet donc l’ADN est l’alimentation, détaille Antoine Braud. On a imaginé une scénographie végétale, presque comestible. Ça se passe dans un quartier très minéral, on a envie de retourner à un écosystème où une idée d’autosuffisance domine. Ce sera luxuriant.” De même, les restaurateurs choisis devront respecter un certain cahier des charges. “Il faut des produits frais, de saison, locaux, et pas de surgelé, du bio idéalement…

Café décarboné, bière locale

Petite Lune gérera le bar. “Ce sera des boissons artisanales, libres et non franchisées, du vin de petits producteurs…” Le café sera “décarboné”, c’est à dire qu’il aura une empreinte carbone nulle. “Il est acheminé dans des bateaux à voile, et livré en voiture électrique“, commente Antoine Braud. Côté bière, sans donner de détails, tout sera aussi artisanal et local.

Voilà, ça c’est pour la partie estomac. Pour le côté ambiance, Antoine Braud déroule tout un programme. “Ce sera pluridisciplinaire. Il y aura de la danse, du théâtre, du cinéma, des conférences, de la musique… On a prévu une scène pour ça. Ce ne sera pas surdimensionné, mais ça va permettre de faire de bonnes choses.

Voilà, y’a plus qu’à. Les sept à huit corners food vont bientôt être attribués aux restaurateurs candidats. Le lieu devrait être inauguré fin avril, début mai. “On ne peut pas louper le printemps“, commente Antoine Braud. Et en attendant, si ça vous botte, Petite Lune va recruter une vingtaine de personnes pour animer le lieu.