Resto, épicerie, barbier… L’équipe du Magazine Club ne s’arrête plus

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Ce n’est pas vraiment commun d’ouvrir, dans le même temps, trois établissements drastiquement différents à des endroits différents, dans des esprits différents sans perdre son âme au passage. C’est ce qu’ont fait les associés du Mag’. Le début d’année s’annonce chargé pour eux.

A l’origine, il y a le Mag’. Puis le Mother a fait son apparition remarquée à J.-B.-Lebas. Puis, dans le centre, le Babe. Britney a suivi l’année dernière, à nouveau autour du parc aux grilles rouges. Quatre établissements, ça aurait pu suffire. Mais non. Les associés derrière ce petit empire de la bonne chaire ont décidé de continuer sur leur lancée. On vous fait une liste en points boulettes de leurs nouveautés, ce sera plus simple.

Un quatrième restaurant

On ne connait pas encore son petit nom, mais on a tout un tas de détails à vous donner. Déjà, son emplacement : ce resto prendra place sur le quai de l’Ouest, à Bois-Blancs, du côté d’Euratech’. Un coin plus excentré que les autres établissements de la galaxie Mag’. “Mais le voyage fera partie de l’aventure“, assure Thibault Ordonneau, membre du quatuor au manettes.

Le voyage sera aussi dans l’assiette, promet-il. “On fera peut-être du pain comme les Bulgares, le café comme les Turcs…” La carte sera élaborée par Théo et Camille, le duo de chefs ultra créatifs qui officient au Britney. Même le lieu se voudra dépaysant. “On l’a construit comme un amphithéâtre : en entrant, le bar et la cuisine se feront face à droite et à gauche, et la salle sera composée de grands gradins avec des demi-niveaux.” Le tout donnant, à travers une façade entièrement vitrée, sur les péniches du canal.

Si tout va bien, ce nouveau restaurant ouvrira en mai ou en juin. Il n’a pas encore de nom définitif, mais connaissant le goût des patrons pour l’originalité, on s’attend à tout.

My Love, l’épicerie fine

Au même moment devrait ouvrir My Love, épicerie d’un nouveau genre du côté de la rue des Postes. “Elle sera dans un ancien magasin de pianos, en face de l’Ingénue Bar et de la Biocoop“, situe Thibault. Là aussi, ne vous attendez pas à un lieu classique. “Ce sera un endroit où on pourra manger des bons sandwichs le midi, et où on peut faire ses courses de pain, de charcuterie, de fromage.” Mais bien sûr, pas n’importe quels pains, charcuteries et fromages. “Tout sera sourcé, et on fera des produits maisons : des terrines, des jambons, et mêmes des fromages et du beurre.” Il y aura des huiles, quelques conserves, des bières et du gin. “On va aussi proposer nos propres glaces et de la chantilly.” Le tout dans un univers “girly” et avec des prix accessibles. “On a toujours la philosophie de ne pas être excluants.

Le Santa Klaus Barber Club, parce que.

On avait déjà eu une première expérience, et ça nous avait plu.” Voilà, c’est pour ça que les quatre mecs du Magazine Club ont décidé d’ouvrir un barber shop, à leur sauce, bien sûr. “On s’est inspiré des barbiers en Inde et au Pakistan, qui sont souvent sous des ponts dans des containers. La salle d’attente est un lieu où ça tchatche. On veut la même chose, on veut en faire un truc de gossipeurs.” Ce barbier ouvrira mi-mars au 133 de la rue Pierre-Mauroy. Et au Santa Klaus Barber Club, il faudra pousser la porte “sans appréhension“, assure Thibault.

Voilà, c’est tout pour ce lundi. On va revenir très vite vers vous avec d’autres informations capitales concernant le Mother. #Teasing #Bisou