Ubu, le salon de thé japonais né d’un rêve

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Oui, on a fait un jeu de mots dans notre titre. Parce qu’u­bu, en japo­nais, signi­fie “pre­mier rêve”, askip. Et ce salon de thé, c’é­tait le rêve de sa patronne, Qin­gyue Ma. Il vient donc juste de se réa­li­ser, rue Pierre-Mau­roy.

C’est un joli endroit, lumi­neux, fait de blanc et de bois clairs. Au mur der­rière le comp­toir sont expo­sées des dizaines de théières de formes et tailles dif­fé­rentes. “Je les ai sélec­tion­nées en fonc­tion des thés que je vais mettre dedans”, détaille Qin­gyue. C’est que la patronne de l’é­ta­blis­se­ment fait elle-même ses mélanges. On sent qu’il ne faut pas bla­guer avec le rituel.

Qin­gyue est chi­noise. “Je suis arri­vée en France quand j’a­vais huit ans. J’ai fait des études de sty­lisme à Esmod.” Et elle est pas­sion­née par le Japon. “Mon mari est chef, et a une mère japo­naise et un père chi­nois.” Quand Qin­gyue a déci­dé d’ou­vrir un salon de thé japo­nais qui pro­po­se­rait de la petite res­tau­ra­tion fraîche le midi et le soir, il l’a bien sûr aidée à éla­bo­rer la carte. “Pour le moment, on pro­pose des poke bowls et des oni­gi­ri. On fera des choses dif­fé­rentes selon les sai­sons.” Le tout sans jamais être trop gras, trop salé, tou­jours sain. “On va faire des sand­wichs de riz, bien­tôt.

Bonjour,avec un temp froid envie de thé chaud avec un petit cadeau fait à la maison?Venez-vous décou­vrir votre nou­veau salon de thé ubu ‚il y a les thé créa­tion vous atten­dez 🤨

Publiée par Salon ubu Lille sur Lun­di 17 février 2020

Côté sucré, ça devrait bien se pas­ser. Le chef pâtis­sier recru­té pour l’oc­ca­sion, Mael Ker­vo­rant, annonce “de la pâtis­se­rie tra­di­tion­nelle d’ins­pi­ra­tion japo­naise”, comme les finan­ciers au mat­cha expo­sés en vitrine. Qin­gyue annonce aus­si des bubble tea et du soja pres­sé. “C’est un peu comme du tofu liquide”, s’a­muse-t-elle.

Ça, c’est pour man­ger et boire. Qin­gyue va pro­po­ser, d’i­ci quelques temps, d’a­che­ter de quoi faire, dans le café, des ouvrages de cou­ture avec des tis­sus japo­nais. “L’i­dée, c’est de venir, de prendre un thé, une pâtis­se­rie, et de faire de la cou­ture dans le salon tout l’a­près-midi.” Elle fera même des vidéos tutos que vous pour­rez consul­ter sur des iPad à dis­po­si­tion dans le salon.

En atten­dant, vous pou­vez d’ores et déjà vous prendre une petite dose de soleil levant au 149 de la rue Pierre-Mau­roy. Le salon ouvre de 11 heures à 22 heures tous les jours.