Qui sont les candidats au siège de maire à Lille ?

Dans Lille, Politique

@WikiCommons

Scroll par là

Mine de rien, la reine des élections locales approche à grands pas. Les 15 et 22 mars prochains, vous voterez pour celui ou celle qui accédera peut-être au trône municipal. Du coup, on s’est dit qu’on pourrait peut-être vous présenter tout ce beau monde, succinctement. Huit candidats sont au taquet. On vous les présente dans notre forme d’article préférée (et par ordre alphabétique) : le point boulette.

  • Martine Aubry

Ça ne vous aura pas échappé, Martine Aubry est l’actuelle maire de Lille. Elle l’est depuis… 2001. Ponte du PS qu’elle a dirigé entre 2008 et 2012, elle a été deux fois ministre de l’Emploi et de la Solidarité (sous Mitterrand et sous Jospin). Les grilles rouges du parc Lebas, la rénovation de la friche Fives Cail et le projet de la friche Saint-Sauveur, c’est elle. Elle est soutenue par le PC et le Mouvement des Radicaux de Gauche.

  • Stéphane Baly

Le monsieur a plein d’étiquettes : docteur ingénieur, enseignant-chercheur en sciences de l’ingénieur, il est aussi conseiller municipal délégué aux énergies, à la gestion technique des bâtiments et à l’éclairage public. Il est chef de file d’Europe Ecologie – Les Verts à Lille et se présente aussi au nom de Génération.s.

  • Nicole Baudrin

Voilà une candidate rompue à l’exercice. Nicole Baudrin est à Lutte Ouvrière depuis 1974 et candidate à la mairie de Lille à chaque scrutin depuis… 1989. C’est donc sa sixième campagne électorale. Sage femme à la retraite, elle lutte pour la défense des travailleurs même si “les problèmes fondamentaux ne dépendent que très peu des municipalités“.

  • Beryl Benyoucef

Musicien, intermittent du pestacle, Beryl Benyoucef a été choisi pour mener une liste de soixante habitants de ville au nom du Parti ouvrier indépendant et démocratique, en opposition totale et déclarée à la politique du gouvernement.

  • Eric Cattelin-Denu

Avocat en droit de la famille à Lomme, Eric Cattelin-Denu roule pour le Rassemblement National. Déjà élu d’opposition, il a pris la suite d’Eric Dillies qui a disparu de la circulation. Ce n’est pas un bleu de la politique : il était déjà candidat en 1995 contre Pierre Mauroy.

  • Alexandre Chantry

Ex leader local des Gilets jaunes, Alexandre Chantry se présente au nom du Nouveau Parti Anticapitaliste. Il a, ces dernières années, été de tous les cortèges de Gilets jaunes, a été plusieurs fois en garde à vue, et défend le référendum d’initiative citoyenne et la fin du capitalisme.

  • Marc-Philippe Daubresse

Maire de Lambersart de 1988 à 2017, député, secrétaire d’Etat puis ministre du Logement sous Jacques Chirac, ministre de la Jeunesse sous Sarkozy, il est depuis 2017 sénateur du Nord. Il se présente à Lille au nom des Républicains.

  • Julien Poix

Valenciennois d’origine, Julien Poix roule pour la France Insoumise après des débuts comme militant PS puis Parti de gauche. Dans la vie, il est prof d’histoire au collège. Il est aussi militant CGT Education et au comité ATTAC Lille Métropole.

  • Violette Spillebout

La candidate pour La République en Marche a un passé bien lillois : elle a longtemps été directrice de cabinet de Martine Aubry avant de partir bosser à la SNCF. Elle a une solide formation en danse classique et un diplôme d’ingénieur – maître en santé publique.

  • Antoine Stathoulias

Les Lillois comptent, les animaux aussi“. C’est le slogan de campagne d’Antoine Stathoulias, avocat au barreau de Lille et tête de liste du parti animaliste. Créé en 2016, le parti a pour unique but le bien-être animal, un thème qui se décline sur tous les sujets (préservation de la biodiversité, éducation à l’école…).

Voilà, ça c’est donc les candidats. Dans les semaines qui viennent, on va vous décliner leurs programmes en fonction des thèmes les plus concernants pour vous : logement, vie nocturne, transports… On a déjà commencé avec la thématique “environnement”.

MaJ 26/02 16h30 : le candidat sans étiquette Pierre Buissard s’est retiré de la campagne entre temps. “D’une part je ne suis pas arrivé à créer une dynamique suffisante autour de mes idées, nous écrit-il. De plus, je constate que mes idées, j’en avais conscience au départ, ne sont absolument pas dans l’air du temps. Et je préfère garder mes convictions que rentrer dans une logique demagogique.” On a enlevé son point boulette, du coup.

MaJ 28/02 16h15 : on a ajouté Beryl Benyoucef, qui s’est déclaré en dernière minute.

MaJ 9/03 12h15 : on a ajouté Antoine Stathoulias