[Municipales] Ce que les candidats ont a dire sur le logement

Dans Lille, Politique, Un toit sur la tête
Scroll par là

Oui, les municipales, c’est ce dimanche. Le premier tour en tout cas. Histoire de vous permettre de faire votre choix correctement, on s’est dit qu’on allait vous proposer un comparatif des programmes lillois sur des grands thèmes. Au menu du jour : le logement.

Alors bien évidemment, c’est un condensé. Et trois candidats n’ont pas diffusé leur programme en ligne : Beryl Benyoucef (Parti ouvrier indépendant et démocratique), Eric Cattelin-Denu (RN), et Nicole Baudrin (LO).

Ça ne vous aura peut être pas échappé, il y a une légère crise du logement à Lille. Trop de demandes, pas assez de places, ou alors des places pas très… salubres. Les candidats au poste de chef de la ville ont tous une idée de comment ça devrait se passer.

De l’intergénérationnel et du participatif

Habitat participatif, logements intergénérationnels, coliving… Le vivre ensemble est au menu de quasiment tous les programmes. Au lieu de faire des immeubles mono types, les candidats proposent de mélanger les genres. Stéphane Baly (EELV – Lille Verte) en proposant aux habitants de partager certains espaces (buanderie, chambre d’amis, jardin…), tout comme Martine Aubry (Gauches – Lille en commun, Lille en confiance) qui annonce des projets d’habitat participatif à Fives Cail (déjà en cours), Saint-So et Lille-Sud. Les deux font mention d’habitat intergénérationnel dans leur programme, tout comme Violette Spillebout (LREM – Faire Respirer Lille). Marc-Philippe Daubresse (LR – Tous pour les Lillois) annonce quant à lui du soutien au coliving.

La rénovation de l’ancien

Ça doit être une bonne idée parce que tous les candidats l’ont eue. Martine Aubry estime que 13 000 logements doivent être retapés. Violette Spillebout compte réhabiliter 8 000 logements vacants, et doubler les primes d’aides à la rénovation. Antoine Stathoulias, du parti animaliste, a intégré la rénovation des logements vacant pour “limiter l’étalement urbain et préserver l’habitat de l’animal“. Julien Poix (FI – Décidez pour Lille), veut aussi une réhabilitation de l’existant et des logements vacants. Il souhaite également réquisitionner les bureaux et locaux publics pour en faire des logements. Stéphane baly mettra en œuvre des politiques d’incitation et des réquisitions des logements vacants depuis plus d’un an. Marc-Philippe Daubresse parle aussi de réhabiliter le parc ancien.

Le logement social

Alexandre Chantry (NPA) souhaite des appartements plus grands aux loyers plus modestes, Stéphane Baly propose une bourse aux échanges entre les locataires du parc social. Marc-Philippe Daubresse veut multiplier par trois le nombre de logements à prix accessibles et “offrir des logements aux familles monoparentales et aux personnes seules“. Julien Poix souhaite passer à 70% de logement social dans les immeubles à construire, Violette Spillebout imagine réintégrer des gardiens d’immeubles dans les logements sociaux.

Le logement étudiant

Violette Spillebout annonce de nouvelles résidences étudiantes, Julien Poix aussi. Stéphane Baly appuie l’idée d’un logement social étudiant, lui aussi. Martine Aubry évoque des micro-résidences et le soutien de projets de logements intergénérationnels.

AirBnB

Martine Aubry soutient le contrôle renforcé de la plateforme de location courte et moyenne durée à Lille. Stéphane Baly aussi souhaite lutter contre le phénomène. Julien Poix a annoncé vouloir carrément interdire la plateforme à Lille.

Construction, référendum, ville refuge, “réensauvagement”…

Dans les idées originales, on peut commencer par Antoine Stathoulias, qui compte végétaliser immeubles, rues et mobiliers urbains, et globalement “réensauvager les espaces“. Alexandre Chantry se donne pour objectif d’offrir un toit à tous les SDF, et proposera par référendum les projets de transformation des quartiers. Stéphane Baly, s’il est élu, fera de Lille une ville refuge pour les migrants. Martine Aubry, elle, promet 8 000 logements neufs.