[Municipales] Ce que les candidats ont a dire sur le logement

Dans Lille, Politique, Un toit sur la tête
Scroll par là

Oui, les muni­ci­pales, c’est ce dimanche. Le pre­mier tour en tout cas. His­toire de vous per­mettre de faire votre choix cor­rec­te­ment, on s’est dit qu’on allait vous pro­po­ser un com­pa­ra­tif des pro­grammes lil­lois sur des grands thèmes. Au menu du jour : le loge­ment.

Alors bien évi­dem­ment, c’est un conden­sé. Et trois can­di­dats n’ont pas dif­fu­sé leur pro­gramme en ligne : Beryl Benyou­cef (Par­ti ouvrier indé­pen­dant et démo­cra­tique), Eric Cat­te­lin-Denu (RN), et Nicole Bau­drin (LO).

Ça ne vous aura peut être pas échap­pé, il y a une légère crise du loge­ment à Lille. Trop de demandes, pas assez de places, ou alors des places pas très… salubres. Les can­di­dats au poste de chef de la ville ont tous une idée de com­ment ça devrait se pas­ser.

De l’intergénérationnel et du participatif

Habi­tat par­ti­ci­pa­tif, loge­ments inter­gé­né­ra­tion­nels, coli­ving… Le vivre ensemble est au menu de qua­si­ment tous les pro­grammes. Au lieu de faire des immeubles mono types, les can­di­dats pro­posent de mélan­ger les genres. Sté­phane Baly (EELV — Lille Verte) en pro­po­sant aux habi­tants de par­ta­ger cer­tains espaces (buan­de­rie, chambre d’a­mis, jar­din…), tout comme Mar­tine Aubry (Gauches — Lille en com­mun, Lille en confiance) qui annonce des pro­jets d’ha­bi­tat par­ti­ci­pa­tif à Fives Cail (déjà en cours), Saint-So et Lille-Sud. Les deux font men­tion d’ha­bi­tat inter­gé­né­ra­tion­nel dans leur pro­gramme, tout comme Vio­lette Spille­bout (LREM — Faire Res­pi­rer Lille). Marc-Phi­lippe Dau­bresse (LR — Tous pour les Lil­lois) annonce quant à lui du sou­tien au coli­ving.

La rénovation de l’ancien

Ça doit être une bonne idée parce que tous les can­di­dats l’ont eue. Mar­tine Aubry estime que 13 000 loge­ments doivent être reta­pés. Vio­lette Spille­bout compte réha­bi­li­ter 8 000 loge­ments vacants, et dou­bler les primes d’aides à la réno­va­tion. Antoine Sta­thou­lias, du par­ti ani­ma­liste, a inté­gré la réno­va­tion des loge­ments vacant pour “limi­ter l’é­ta­le­ment urbain et pré­ser­ver l’ha­bi­tat de l’a­ni­mal”. Julien Poix (FI — Déci­dez pour Lille), veut aus­si une réha­bi­li­ta­tion de l’exis­tant et des loge­ments vacants. Il sou­haite éga­le­ment réqui­si­tion­ner les bureaux et locaux publics pour en faire des loge­ments. Sté­phane baly met­tra en œuvre des poli­tiques d’in­ci­ta­tion et des réqui­si­tions des loge­ments vacants depuis plus d’un an. Marc-Phi­lippe Dau­bresse parle aus­si de réha­bi­li­ter le parc ancien.

Le logement social

Alexandre Chan­try (NPA) sou­haite des appar­te­ments plus grands aux loyers plus modestes, Sté­phane Baly pro­pose une bourse aux échanges entre les loca­taires du parc social. Marc-Phi­lippe Dau­bresse veut mul­ti­plier par trois le nombre de loge­ments à prix acces­sibles et “offrir des loge­ments aux familles mono­pa­ren­tales et aux per­sonnes seules”. Julien Poix sou­haite pas­ser à 70% de loge­ment social dans les immeubles à construire, Vio­lette Spille­bout ima­gine réin­té­grer des gar­diens d’im­meubles dans les loge­ments sociaux.

Le logement étudiant

Vio­lette Spille­bout annonce de nou­velles rési­dences étu­diantes, Julien Poix aus­si. Sté­phane Baly appuie l’i­dée d’un loge­ment social étu­diant, lui aus­si. Mar­tine Aubry évoque des micro-rési­dences et le sou­tien de pro­jets de loge­ments inter­gé­né­ra­tion­nels.

AirBnB

Mar­tine Aubry sou­tient le contrôle ren­for­cé de la pla­te­forme de loca­tion courte et moyenne durée à Lille. Sté­phane Baly aus­si sou­haite lut­ter contre le phé­no­mène. Julien Poix a annon­cé vou­loir car­ré­ment inter­dire la pla­te­forme à Lille.

Construction, référendum, ville refuge, “réensauvagement”…

Dans les idées ori­gi­nales, on peut com­men­cer par Antoine Sta­thou­lias, qui compte végé­ta­li­ser immeubles, rues et mobi­liers urbains, et glo­ba­le­ment “réen­sau­va­ger les espaces”. Alexandre Chan­try se donne pour objec­tif d’of­frir un toit à tous les SDF, et pro­po­se­ra par réfé­ren­dum les pro­jets de trans­for­ma­tion des quar­tiers. Sté­phane Baly, s’il est élu, fera de Lille une ville refuge pour les migrants. Mar­tine Aubry, elle, pro­met 8 000 loge­ments neufs.