[Municipales] Les idées des candidats sur la vie nocturne lilloise

Dans Lille, Night Night, Politique
Scroll par là

Oui, les muni­ci­pales, c’est ce dimanche. Le pre­mier tour en tout cas. His­toire de vous per­mettre de faire votre choix cor­rec­te­ment, on s’est dit qu’on allait vous pro­po­ser un com­pa­ra­tif des pro­grammes lil­lois sur des grands thèmes. Au menu du jour de la nuit : la vie noc­turne.

Alors bien évi­dem­ment, c’est un conden­sé. Et quelques can­di­dats n’ont pas dif­fu­sé leur pro­gramme en ligne : Beryl Benyou­cef (Par­ti ouvrier indé­pen­dant et démo­cra­tique), Eric Cat­te­lin-Denu (RN), et Nicole Bau­drin (LO). Quant au par­ti ani­ma­liste mené par Antoine Sta­thou­lias, le pro­gramme n’é­voque aucune mesure concer­nant notre sujet du jour.

Lille est une ville étu­diante, jeune et fes­tive. Il y a plu­sieurs gros sec­teurs de fête intense : Mas­se­na-Sol­fé, Vau­ban, le Vieux-Lille et dans une moindre mesure, Wazemmes et la rue des Postes. Et on ne va pas se le cacher, ce n’est pas tou­jours la fête entre les rive­rains, gérants de bars et fêtards.

Voi­là donc les idées qui émergent pour que la ville conti­nue de vivre la nuit en mode Peace and Love.

Repartons sur de bonnes bases

Depuis plu­sieurs années, Lille a sa Charte de la Vie noc­turne. Elle a même eu pen­dant un temps sa com­mis­sion de la vie noc­turne. C’est Mar­tine Aubry (Gauches — Lille en com­mun, Lille en confiance), la maire sor­tante, qui l’a mise en place. La fer­me­ture des bars à minuit en semaine (1 heure si les gérants ont la déro­ga­tion), c’est elle aus­si. Dans son pro­gramme, elle annonce vou­loir pas­ser à “une nou­velle étape” avec la mise en place d’un conseil de la Nuit. Régu­la­tion et concer­ta­tion en sont les maîtres mots.

Chez Sté­phane Baly (EELV — Lille Verte), on parle aus­si d’une nou­velle charte de la vie noc­turne qui devra condi­tion­ner les heures d’ou­ver­tures tar­dives.

Souriez, vous êtes filmés

Mettre ou ne pas mettre des camé­ras, telle est la ques­tion. Et elle divise clai­re­ment les can­di­dats à la course au bef­froi. D’un côté vous avez ceux qui parlent de” vidéo sur­veillance” et qui y sont farou­che­ment oppo­sés. Comme Julien Poix (FI — Déci­dez pour Lille) et Sté­phane Baly. Pour eux, c’est en misant sur l’hu­main qu’on va apai­ser tout ça. Avec des postes de tran­quilli­té publique par exemple pour le pre­mier, des postes de média­tion de nuit pour le second.

De l’autre côté, vous avez les pro-camé­ras. Ceux-là parlent de “vidéo pro­tec­tion” (oui les mots ont leur impor­tance dans ce débat, vous l’au­rez com­pris).

  • Mar­tine Aubry veut en mettre autour des gares, des rues pié­tonnes et à Mas­sé­na-Sol­fé.
  • Marc-Phi­lippe Dau­bresse (LR — Tous pour les Lil­lois) veut en mettre un peu par­tout en ville mais sur­tout 86 dans les quar­tiers de Lille-Centre et du Vieux-Lille.
  • Vio­lette Spille­bout (LREM — Faire Res­pi­rer Lille) est éga­le­ment pour mais ne pré­cise pas dans son pro­gramme où spé­ci­fi­que­ment.

Plus de policiers la nuit

En revanche, là où la qua­si tota­li­té des can­di­dats sont rac­cord, c’est sur le ren­for­ce­ment de la police muni­ci­pale. La maire sor­tante veut en voir plus sur les quar­tiers fes­tifs, Sté­phane Baly sou­haite des rondes de nuit à Sol­fé-Mas­sé­na et rue Royale par la police muni­ci­pale tan­dis que la natio­nale sera posi­tion­née à la sor­tie des boîtes et clubs. Julien Poix pré­co­nise de son côté des patrouilles à pied régu­lière mais mixtes (entre les polices muni­ci­pales et natio­nales).

Quant à Vio­lette Spille­bout, elle annonce une “bri­gade de la tran­quilli­té au quo­ti­dien” avec 100 poli­ciers muni­ci­paux qui seront dis­pat­chés entre les “zones de non-droit” et les sec­teurs fes­tifs de 16 heures à 2 heures du mat’. Elle est éga­le­ment, comme Marc-Phi­lippe Dau­bresse, pour l’ar­me­ment de ces agents.

L’un des seuls can­di­dats à se posi­tion­ner pour une dimi­nu­tion de la police muni­ci­pale est Alexandre Chan­try (NPA — Résis­tance anti­ca­pi­ta­liste). Il veut en finir avec le “délire sécu­ri­taire” et créer à la place des postes de média­teurs dans les quar­tiers “vul­né­rables”.

Salle de shoot

Tous les can­di­dats sont d’ac­cord pour dire que le tra­fic de drogue à Lille doit être com­bat­tu. Mais sur le thème de la consom­ma­tion, cer­tains ont aus­si évo­qué dans leur pro­gramme l’ex­pé­ri­men­ta­tion d’une salle de consom­ma­tion à moindre risque comme il en existe déjà à Paris et à Stras­bourg. Mar­tine Aubry, Julien Poix et Sté­phane Baly en font par­tie.

Les idées inclassables

On vous livre ici les autres promesses/idées des can­di­dats sur la vie noc­turne lil­loise comme l’ou­ver­ture des lieux cultu­rels la nuit en par­te­na­riat avec des assos étu­diantes. C’est une pro­po­si­tion de Sté­phane Baly qui veut éga­le­ment pié­ton­ni­ser Mas­sé­na-Sol­fé et la rue Royale.

Vous avez aus­si Vio­lette Spille­bout qui sou­haite mettre en place l’o­pé­ra­tion “Deman­dez Ange­la” à Lille et faire rou­ler les trans­ports en com­mun jus­qu’à 3 heures du matin le week-end (mais ça dépend sur­tout de la MEL pour le coup).

Enfin, Alexandre Chan­try pro­met la fer­me­ture du bar iden­ti­taire La Cita­delle.