[Municipales] La friche Saint-Sauveur, pomme de discorde des candidats

Dans Lille, Politique
Scroll par là

Dimanche, c’est le pre­mier tour des élec­tions muni­ci­pales. Si vous votez à Lille et que vous n’a­vez tou­jours pas pris de déci­sion, on s’est dit qu’on allait vous pro­po­ser un com­pa­ra­tif des pro­grammes lil­lois sur des grands thèmes. Ici, on s’at­taque à l’é­pi­neux pro­jet de la friche Saint-Sau­veur.

Parce que tout le monde a un avis sur cette friche. Pour mémoire, les 23 hec­tares de ter­rain der­rière la gare Saint-So devraient, si Mar­tine Aubry (PS — Lille en com­mun, Lille en confiance) était réélue, être tota­le­ment trans­for­més : 2 400 loge­ments dans des îlots nor­diques, une pis­cine olym­pique (pro­jet de la MEL), des bureaux, et… pas assez de vert pour les détrac­teurs du pro­jet, dont les col­lec­tifs P.A.R.C. Saint-Sau­veur et Fête la Friche, qui ont inves­ti le bel­vé­dère en ins­tal­lant un genre de vil­lage de la contes­ta­tion en bois de récup’.

Mar­tine Aubry insiste sur le pro­jet : “Il y a 65% de non construit, 8,7 ha d’es­paces vert (…) C’est un quar­tier durable, c’est à dire juste socia­le­ment, et éco­no­mi­que­ment fort.” Si on doit rete­nir deux thèmes dans cette cam­pagne, on peut dire que l’é­co­lo­gie et la friche Saint-Sau­veur (inti­me­ment liés, of course), ont cris­tal­li­sé les ten­sions. Per­sonne n’a le même avis, mais tout le monde est contre le pro­gramme éta­bli par la mai­rie actuelle.

Poumon vert, avec ou sans logement

Sté­phane Baly (EELV — Lille Verte) annonce un “grand parc connec­té à Lebas et la Porte de Paris” de 13 ha, et une concer­ta­tion des habi­tants. Si la pis­cine et les bureaux doivent selon lui dis­pa­raître des plans, le loge­ment ne doit pas “s’op­po­ser” à la nature. Marc-Phi­lippe Dau­bresse (LR — Tous pour les Lil­lois) annonce un “pou­mon vert”, un lieu de soli­da­ri­té et de fête, ain­si qu’un pôle d’at­trac­ti­vi­té dédié à l’é­co­no­mie res­pon­sable.

Vio­lette Spille­bout (LREM — Faire res­pi­rer Lille) pro­met un grand parc de 15 ha “d’é­du­ca­tion à la nature”, des loge­ments dans des immeubles plus en hau­teur que le pro­jet ini­tial pour lais­ser plus de mètres car­rés à la nature, et gomme la pis­cine olym­pique du pro­jet. Julien Poix (FI — Déci­dez pour Lille) pré­fère que les 23 ha de friche soient gérés par les citoyens, et sans aucune construc­tion.

La friche, ce sera pour Alexandre Chan­try (NPA — Résis­tance Anti­ca­pi­ta­liste) l’oc­ca­sion d’é­prou­ver son idée de réfé­ren­dum pour les grands pro­jets. Et pour finir, Antoine Sta­thoui­lias (Par­ti Ani­ma­liste ‑Lille Ani­ma­liste) pro­pose de pré­ser­ver la friche en l’é­tat pour en faire une “sanc­tuaire de la bio­di­ver­si­té”.

Pour aller plus loin, on a aus­si des articles sur les pro­grammes des can­di­dats sur :
Le loge­ment
L’é­co­lo­gie
Les trans­ports
La vie noc­turne
Et si vous le vou­lez, on a aus­si
un article qui pré­sente les can­di­dats.