[Municipales] Un collectif de citoyens interpelle les candidats sur la pollution

Dans C'est green, Lille, Politique

© Patrick James / Archives La Voix du Nord

Scroll par là

Vous vous sou­ve­nez quand on vous racon­tait que Lille étouf­fait ? Figu­rez vous qu’un col­lec­tif de citoyens est né de ce (triste) constat. Il a déci­dé, après avoir fait des pro­po­si­tions à la mai­rie pour amé­lio­rer la qua­li­té de l’air, d’in­ter­pel­ler les can­di­dats aux muni­ci­pales sur le sujet.

On reprend. En 2018, une habi­tante de Lille créé une péti­tion sur change.org sobre­ment inti­tu­lée “Pol­lu­tion Lille // Pour que la Mai­rie de Lille agisse !” En très peu de temps, presque 10 000 Lil­lois rejoignent la cause en signant. Si bien qu’en 2019, la ville décide de créer un panel citoyen appe­lé “Tous acteurs pour mieux res­pi­rer à Lille”. Le groupe d’un peu plus de 50 per­sonnes tra­vaille dur pen­dant plu­sieurs semaines sur des solu­tions qui per­met­traient à la ville de mieux res­pi­rer, de réduire le nombre de jours de pics de pol­lu­tion, et donc d’é­vi­ter des morts pré­ma­tu­rées sur la métro­pole lil­loise.

De cette concer­ta­tion res­sortent 137 pro­po­si­tions, pré­sen­tées par le panel à Mar­tine Aubry en novembre der­nier. Oppo­si­tion à l’é­ta­le­ment urbain, mora­toire sur les centres com­mer­ciaux, inver­sion de la pyra­mide des modes de dépla­ce­ment dans la ville, grandes voies rapides cylistes, gra­tui­té des trans­ports en com­mun lors des pics de pol­lu­tion, déve­lop­pe­ment d’une mon­naie locale, réduc­tion mas­sive des voi­tures en ville dans les dix ans… Le groupe, repré­sen­ta­tif de la popu­la­tion lil­loise (tiré au sort selon des groupes d’âge et de genre), apporte des solu­tions concrètes, plus ou moins réa­li­sables dans l’im­mé­diat, plus ou moins oné­reuses, pour réduire la pol­lu­tion à Lille.

Nous avons consta­té en ana­ly­sant la réponse reçue (de la mai­rie, NDLR) qu’une bonne par­tie de nos pro­po­si­tions n’a­vaient pas reçu de réponse, et nous avons invi­té la ville à la com­plé­ter, sans suc­cès à ce jour”, détaille Chris­to­pher Lié­nard dans un com­mu­ni­qué, chiffres à l’ap­pui : sur 137 pro­po­si­tions, la muni­ci­pa­li­té a répon­du favo­ra­ble­ment ou par­tiel­le­ment favo­ra­ble­ment à 40 d’entre elles, en a reje­té 5, et a choi­sir d’en igno­rer… 92. Un score pas tip top selon une par­tie des membres du panel, qui a déci­dé alors de sou­mettre ces pro­po­si­tions aux autres can­di­dats. Sté­phane Baly (EELV — Lille Verte), Vio­lette Spille­bout (LREM — Faire res­pi­rer Lille), Marc-Phi­lippe Dau­bresse (LR — Tous pour les Lil­lois), Julien Poix (FI — Déci­dez pour Lille), et Eric Cat­te­lin-Denu (RN) ont reçu ces pro­po­si­tions avec une invi­ta­tion à les com­men­ter.

Info­gra­phie four­nie par le panel citoyen “Tous acteurs pour mieux res­pi­rer à Lille”

Retours surprise

Et bien figu­rez vous que seuls trois d’entre eux se sont don­né la peine de répondre : Julien Poix, Sté­phane Baly et Vio­lette Spille­bout. Et leurs retours sont — en par­tie — une sur­prise. Car contre toute attente, ce n’est pas le can­di­dat éco­lo­giste Sté­phane Baly qui est le plus favo­rable à ces pro­po­si­tions, mais Julien Poix. Le can­di­dat France Insou­mise se déclare fran­che­ment pour 133 des 137 pro­po­si­tions. Il émet deux réserves (sur le périph’ à 70km/h et sa requa­li­fi­ca­tion en bou­le­vard urbain) et va plus loin qu’une pro­po­si­tion (inter­dire la cir­cu­la­tion aux abords des écoles en per­ma­nence contre une demi-heure avant l’ou­ver­ture des école comme recom­man­dé par le panel). Seule une pro­po­si­tion va à l’en­contre de son pro­gramme : la remise en eau des canaux du Vieux-Lille. Julien Poix pré­fère une “remise au vert” de cer­tains espaces.

Sté­phane Baly ne rejette aucune pro­po­si­tion mais choi­sit d’en amen­der cer­taines (16 sur les 137) : le can­di­dat pré­fère sen­si­bi­li­ser les auto­mo­bi­listes avant de les ver­ba­li­ser lors­qu’ils empiètent sur des pistes cyclables, inter­dire la cir­cu­la­tion des camions toute la jour­née et non seule­ment aux heures de pointe, il n’est pas favo­rable à une céré­mo­nie d’hom­mages aux vic­times de la pol­lu­tion de l’air. Il pro­pose aus­si de contrô­ler plus fer­me­ment le res­pect des limi­ta­tions de vitesse et de la cir­cu­la­tion dif­fé­ren­ciée.

Quant à Vio­lette Spille­bout, les réponses sont bien plus nuan­cées que ses oppo­sants. Elle a répon­du favo­ra­ble­ment à 94 pro­po­si­tions mais en a reje­té six et amen­dé 37. Elle estime par exemple que le sou­tient des agri­cul­teurs qui veulent faire du bio n’est pas du res­sort de la ville, et ne croit pas dans l’o­bli­ga­tion de pré­voir des cou­leurs claires dans les nou­velles construc­tions pour évi­ter les îlots de cha­leur. Plu­tôt que de mettre en place, elle pré­fé­re­ra sou­te­nir des pro­jets (logis­tique propre, végé­ta­li­sa­tion des toits…) et ren­voie à la MEL lorsque c’est de son res­sort.

Info­gra­phie four­nie par le panel citoyen “Tous acteurs pour mieux res­pi­rer à Lille”

Si vous vou­lez lire l’in­té­gra­li­té des 137 pro­po­si­tions du panel citoyen, on vous invite à cli­quer sur ce lien.

Et on com­mence à avoir une sacrée col­lec­tion d’ar­ticles sur les élec­tions muni­ci­pales :
Le loge­ment
L’é­co­lo­gie
Les trans­ports
La vie noc­turne

La Friche Saint-Sau­veur
Et si vous le vou­lez, on a aus­si
un article qui pré­sente les can­di­dats.