Constantine vous offre un voyage musical aux frontières du rock et du jazz

Dans Lille, Music in my ears
Scroll par là

For­mé en octobre 2018, Constan­tine, groupe lil­lois com­po­sé de huit musi­ciens de 20 et 21 ans, pro­pose une forme musi­cale inédite. Il mêle savam­ment les sono­ri­tés et crée son propre style, sans cher­cher à le défi­nir.

C’est l’é­clec­tisme qui frappe en pre­mier, mais on est sur­tout une bande de potes”, pré­sente Flo­rian, à la basse. Le groupe s’est for­mé à l’is­sue d’un “gros coup de chance”. En effet, la ren­contre d’une chan­teuse, d’un pia­niste, de deux gui­ta­ristes, d’un bas­siste, d’une saxo­pho­niste, d’un trom­pet­tiste et d’une bat­teuse au sein du même BTS audio­vi­suel, ça n’ar­rive pas tous les jours. “Le fait qu’on soit potes à huit, d’être com­plé­men­taires, et qu’on cherche tous à faire plus ou moins la même chose, c’est assez ouf”, concède Flo­rian. La for­ma­tion nais­sante se réunit au début pour répé­ter dans une cave. Cave qui s’a­vère se trou­ver… rue Constan­tine. Voi­là com­ment le nom de leur groupe est choi­si.

Influen­cés par Super­tramp ou encore Snar­ky Pup­py, les huit potes se lancent rapi­de­ment dans la com­po. Tous ont un bagage musi­cal, et ont été for­més à la maî­trise de leurs ins­tru­ments. Aus­si, le groupe écrit avec la volon­té de ne pas suivre les sché­mas clas­siques de com­po­si­tion. Pas tel­le­ment de cou­plets ou de refrains, mais plu­tôt un voyage mélo­dieux et poé­tique. Chaque ins­tru­ment y prend le temps de briller, sans jamais débor­der sur les autres. Les styles s’y mélangent avec har­mo­nie, et fusionnent les sono­ri­tés avec brio. En live, un même mor­ceau peut vous faire pla­ner dans un calme oni­rique avant de vous déli­vrer une éner­gie sai­sis­sante et ryth­mée.

De l’activité à venir

For­cé­ment, dans le contexte actuel, de nom­breux concerts ont été annu­lés, et Constan­tine n’a pas fait excep­tion. Mais le groupe espère que les choses iront mieux au mois de mai, pen­dant lequel ils ont beau­coup de dates de pré­vues. Sui­vant le même espoir, Constan­tine compte jouer en Bre­tagne cet été. Ils sont encore à la recherche de lieux, places et bar où jouer. Bre­tons, si vous nous lisez, n’hé­si­tez pas à vous mani­fes­ter.

En l’ab­sence de concert, vous pou­vez tou­jours écou­ter quelques records live que le groupe a mis en ligne sur You­Tube. De quoi rendre le confi­ne­ment bien plus sup­por­table. Anec­dote tou­jours sym­pa, les prises on été faites à l’in­té­rieur d’une péniche.

Vous trou­ve­rez de quoi vous infor­mer sur le groupe sur leur page Face­book, et d’autres de leurs mor­ceaux sur leur chaîne You­tube.