Le confinement a-t-il amélioré la qualité de l’air à Lille ?

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Après une semaine de confinement, on a demandé à Atmo Hauts-de-France s’il faisait mieux respirer à Lille depuis que tout roulait au ralenti.

On a tous vu cette carte assez étonnante de la pollution atmosphérique en Chine avant et après le confinement du pays. Alors qu’à la même époque, en 2019, les pics de pollution de l’air s’enchaînaient dans la métropole lilloise, on espère forcément sentir un impact sur la qualité de l’air dans le coin après une semaine de confinement.

Selon les premiers constats d’Atmo, l’observatoire régional de l’air, “Oui, on a noté une baisse de la pollution à l’oxyde d’azote et, depuis ce week-end, aux particules fines, annonce Céline Dérosiaux, la responsable communication. Mais attention, ce n’est pas une baisse ‘exceptionnelle’ et elle n’est pas liée seulement à la diminution du trafic routier. C’est plus complexe que ça.”

Météo et confinement

En réalité, il est encore trop tôt pour dresser une analyse complète de l’effet du confinement dans la métropole lilloise. Et, surtout, la pollution atmosphérique n’est pas seulement liée à la circulation ou aux émanations des usines.

Pour l’oxyde d’azote, par exemple, il y a plusieurs facteurs à prendre en compte :

  • le trafic routier
  • l’activité économique et agricole
  • le chauffage (surtout au bois)
  • les conditions météorologiques

Forcément, en coupant l’une de ces origines polluantes, on note une meilleure qualité de l’air du côté des capteurs proches des grands axes routiers, détaille Céline Dérosiaux. Sauf que celle du chauffage a de son côté logiquement augmenté puisque les gens restent chez eux.”

Autre phénomène non-négligeable à prendre en compte : il a plu énormément au début du mois, ce qui a contribué à assainir l’air. “En ce moment, la masse d’air a également changé et on a eu pas mal de vent qui a ramené des particules de chez nos voisins mais qui aident aussi à les disperser plus facilement.

Bref, c’est cette conjonction de facteurs qui aboutit à une amélioration de la qualité de l’air mais avec des concentrations qui restent tout de même “moyennes”. Dire que le confinement améliore la qualité de l’air à Lille est pour l’instant un raccourci bien trop facile à faire. “On a besoin de plus de recul“, ajoute Atmo.

S’aérer en intérieur

L’autre préoccupation de l’observatoire régional, c’est la qualité de l’air chez vous. Oui, parce qu’aérer son appart’ ou sa maison, d’autant plus quand on y reste H-24, c’est aussi très important. “Surtout si on met du chauffage, de l’encens, des désodorisants ou si on fait des travaux chez soi, liste Céline Dérosiaux. Il faut vraiment penser à aérer son intérieur matin et soir.

On rappelle en passant que le virus ne se balade pas dans l’air, vous n’avez donc aucun risque d’être infecté en ouvrant vos fenêtres. Et pour les allergiques au pollen, ce n’est pas encore le moment des pics.