Confiné, Oscar Descamps joue des percus polynésiennes sur les toits de Lille

Dans Dans la rue, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Confiné à Lille “loin de [son] amoureuse et de [sa] famille”, Oscar a sorti (littéralement) son to’ere et son fa’atete pour partager sa musique dans les rues de Lille depuis son toit. L’étudiant né à Tahiti a joué et enregistré un morceau de sa composition : RACINES.

C’est une belle manière de répondre aux événements“, considère Oscar. Arrivé à Lille pour étudier à l’ESMD, il évolue dans la continuité de sa formation de batteur au conservatoire. Sa musique, elle aussi vient de Tahiti. Outre les percussions endémiques citées plus haut, Oscar use de samples de trombone enregistrés par son père. Influencé par les œuvres d’Eric Serra (le compositeur récurrent de Luc Besson), le jeune percussionniste insuffle à son morceau une ambiance percussive (forcément) et atmosphérique.

Dans sa palette musicale s’ajoutent les sons d’un ukulélé et de synthés. Pour jouer de tous ses instruments en live, Oscar se sert de loops, des boucles instrumentales qui se répètent jusqu’à la fin du morceau. Le morceau se construit donc au fur et à mesure que les boucles se cumulent. Le résultat est un mélange original et subtil de rythmes envoûtants et de sonorités jazzy.

Une expérience à renouveler ?

Cette expérience, c’est le confinement qui à poussé Oscar à la faire. Ne pouvant actuellement pas jouer avec son groupe Kandi Rüh, il profite de son temps libre pour bosser sa musique solo. Dans tous les cas, l’artiste dira “ce qui m’intéresse, c’est le partage“. Pour cette raison, mais aussi “pour prendre l’air pendant le confinement et, quelque part, s’élever“, Oscar s’est donc installé sur son toit. De quoi voir l’extérieur autrement. “Il faut attendre le confinement pour voir que la vue [du toit] est magnifique“, constate le musicien.

La création de RACINES a été spontanée. Il n’aura fallu à Oscar que deux jours pour la composer, puis un pour l’enregistrement/tournage. Mais l’originalité de son entreprise n’en est pas moins passée inaperçue. Son morceau lui a valu un passage télévisé sur Polynésie Première, plus grosse chaîne de la région. De ce fait, “si le confinement dure, il y a moyen de refaire ça“, annonce Oscar.

Pour guetter la sortie d’une nouvelle vidéo d’Oscar, vous pouvez aller sur sa chaîne YouTube. Sinon, son groupe Kandi Rüh possède une page Facebook.