“Envers et contre-toux”: imaginez le design de la pinte collector pour La Fière

Dans Bière, Lille
Scroll par là

Ce confi­ne­ment vous a cou­pé net l’ins­pi­ra­tion ? Voi­là de quoi réveiller votre côté créa­tif mis au chô­mage par­tiel depuis deux semaines. Le Gal­lo­drome orga­nise un concours pour déco­rer la pinte dans laquelle est ser­vie sa bière, la Fière.

On adore ne serait-ce que le nom : le concours s’ap­pelle “Pinte break : en verre et contre-toux”. Il faut dire que le Gal­lo­drome est un spé­cia­liste des jeux de mots bien sen­tis. Pour les deux du fond qui ne suivent pas, le Gal­lo­drome est un espace où gra­phistes et illus­tra­teurs de tous bords se battent pour gagner leur place sur les tee-shirts qui sont ven­dus dans l’une des trois bou­tiques de la marque à Lille. “Non à l’op­pres­sion, oui à la pres­sion”, “Dark side of the moule” ou encore ‘J’ar­rê­te­rai la bière quand les moules auront des dents”… Les impri­més des tee-shirts et sweat-shirts sont choi­sis dans une arène vir­tuelle par les inter­nautes eux-mêmes. Bon, voi­là, ça c’est pour les fon­da­men­taux.

Libération et partage

Il faut ajou­ter que depuis quelques années, le Gal­lo­drome a sa bonne bière, la Fière, faite dans l’ex­cel­lente bras­se­rie du Pays Fla­mand à Bla­rin­ghem. C’est là qu’on entre dans le vif du sujet : pour lut­ter contre l’en­nui et/ou l’an­goisse de la page blanche, le Gal­lo­drome rouvre son arène pour un com­bat pour le verre de pinte de la Fière.

Nous avons pen­sé que beau­coup de gra­phistes, artistes et illus­tra­teurs devaient cer­tai­ne­ment ron­ger leur palette gra­phique en mode confi­né, raconte Ben­ja­min Der­reu­maux, patron du Gal­lo­drome. Nous avons eu l’i­dée de leur pro­po­ser un concours de créa­tion gra­phique sur verres, au par­fum de libé­ra­tion et de par­tage retrou­vés.

Le concours a donc été lan­cé, et il reste une ving­taine de jours aux par­ti­ci­pants pour ima­gi­ner le desi­gn du verre, qui sera ensuite rem­pli d’une édi­tion spé­ciale de la Fière. Cinq mille bou­teilles seront bras­sées une fois que le confi­ne­ment sera der­rière nous. Et le gagnant du concours en gagne­ra un bon car­ton de 12, ain­si qu’un repas à l’es­ta­mi­net Anos­teke de la bras­se­rie du Pays Fla­mand, un car­ton de verres clas­siques de la Fière, et un bon d’a­chat de 150 euros au Gal­lo­drome. Les enjeux sont de taille.

Vous avez du talent ? Ne vous gênez pas pour par­ti­ci­per en cli­quant sur ces mots hyper­lin­kés avec amour dis­tant.