Hôtel Bowindo, la plateforme lilloise qui invite les DJ a créer en live tous les soirs

Dans Culturons-nous, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Une page, un stream qui tourne tous les soirs à 19 heures, et des DJ qui se relaient pour mettre l’am­biance dans votre salon. Hôtel Bowin­do, c’est une chouette pla­te­forme, éma­na­tion du confi­ne­ment, qui vous per­met de suivre en live des artistes qui créent devant vos yeux éba­his.

On est un col­lec­tif, on est tous inter­mit­tents, démarre Adam, qui gère la pla­te­forme depuis son appart’. Les salles dans les­quelles on est d’ha­bi­tude en rési­dence sont fer­mées, mais on avait envie de conti­nuer à faire de la zik.” Et voi­là, fin de l’his­toire. En quelques heures, la pla­te­forme Hôtel Bowin­do était créée, et le pre­mier DJ entrait en scène à 19 heures. C’é­tait la semaine der­nière. Depuis, chaque soir, sauf le lun­di, un artiste a pris le contrôle du stream. Grrr, You Man, Adam lui-même (sous le nom d’A­tys)… Et la liste va conti­nuer de s’al­lon­ger.

On a un plan­ning com­plet jus­qu’à la semaine pro­chaine, pour le moment, et on a de quoi tenir un moment.” Notam­ment parce qu’A­dam et ses amis ne voient pas pour­quoi il aurait fal­lu se can­ton­ner à Lille et sa métro­pole. “C’est un live, ça peut être fait de n’im­porte où. On est allé cher­cher des DJ de Bel­gique, du Maroc…

Courts-métrages et tutos cuisine

Ca, c’est pour la par­tie musi­cale. Mais les tenan­ciers comptent ouvrir leur petite fenêtre à d’autres hori­zons. “L’i­dée, ce n’est pas de faire que de la musique.” Déjà, après chaque set, les courts-métrages four­nis par La Qua­ran­taine du Court Métrage et le Fes­ti­val Euro­péen du Court Métrage sont dif­fu­sés sur la pla­te­forme. Mais Adam ima­gine encore plus de conte­nu. “Si les gens ont des idées de films, d’é­mis­sions, de play­lists, il ne faut pas hési­ter à les pro­po­ser.” Des tutos cui­sine, bri­co­lage en inté­rieur ou encore un club de lec­ture… Tout est envi­sa­geable, tant que ça reste bien­veillant et ouvert à tous.

D’au­tant que le live est facile à faire voya­ger d’un foyer confi­né à un autre. “C’est une clé strea­ming qu’on fait tour­ner.” Et les cré­neaux dis­po­nibles sont encore bien nom­breux. “Ce qu’on veut, c’est ce soit une fenêtre cultu­relle qui ne parle pas de confi­ne­ment.

Pour aller sur la pla­te­forme d’Hotel Bowin­do, c’est par là. Et pour la page Face­book qui vous per­met­tra d’en­voyer vos bonnes idées de tuto, c’est plu­tôt par là.