Summum du DIY : quelques conseils pour se couper les cheveux soi-même

Dans Lille, WTF
Scroll par là

Oui, le confi­ne­ment va durer, et vos che­veux vont en être les vic­times col­la­té­rales. S’ils sont courts, ils ne le seront plus tel­le­ment, s’ils sont colo­rés, ils ne le seront plus tel­le­ment, et s’ils sont fran­gés, vous n’y ver­rez plus rien d’i­ci quelques semaines.

Heu­reu­se­ment, il existe Inter­net et ses tutos qui vous per­mettent de vous inven­ter coif­feur le temps d’un confi­ne­ment. Mais comme on trouve un peu de tout, on s’est dit qu’on allait deman­der à un pro­fes­sion­nel de la chose son avis sur les inquié­tudes les plus cou­rantes. Simon a bos­sé dans un chouette salon du Vieux-Lille avant de déci­der de mon­ter le sien il y a quelques semaines. “Mau­vais timing !”, s’a­muse-t-il. le confi­ne­ment est pas­sé par là, et son salon ouvri­ra… “au plus vite” après la crise. En atten­dant, Simon est conscient de la dif­fi­cul­té pour tout le monde de conti­nuer à res­sem­bler à quelque chose. “C’est clair qu’on va avoir beau­coup de tra­vail après cette période !” Il a quelques bons conseils à vous don­ner.

La frange maison

Il y en a par­mi vous qui regrettent amè­re­ment la frange faite juste avant le confi­ne­ment ? On com­prend. “Si c’est une frange rideau, il est pré­fé­rable d’at­tendre encore une peu, affirme Simon. Une frange rideau est facile à balayer sur les côtés quand elle pousse.” Pour les franges plus clas­siques, et si vous ne tenez vrai­ment plus, ne mouillez pas vos che­veux. “Pour cela, vous pou­vez les sécher avant avec un sèche-che­veux sans brosse en l’o­rien­tant par le des­sus de tête pour apla­tir la frange sur le front. Ne pas hési­ter à sécher tout vers la gauche et dans l’autre sens, mais jamais vers l’ar­rière. La mèche devrait trou­ver ain­si son tom­bant natu­rel.

Reste ensuite à cou­per ! Simon décon­seille for­te­ment d’a­pla­tir la mèche ou de la tirer avec un peigne ou les doigts, “si vous ne vou­lez pas vous retrou­ver comme tous ces tutos de you­tu­beuses à la frange au milieu du front”. “Le mieux, c’est de com­men­cer par une mèche point de repère entre les yeux. Tou­jours refaire bou­ger un peu pour voir com­ment ça se place à chaque fois. Ensuite, cette pre­mière mèche vous ser­vi­ra de témoin pour cou­per pro­gres­si­ve­ment vers les exté­rieurs mèche à mèche et en mélan­geant à chaque fois pour voir com­ment ça se replace.” Voi­là, y’a plus qu’à. Et si vous ne le sen­tez pas, ne faites rien. Mieux vaut une mèche qui vous tombe sur les yeux qu’un esca­lier dif­forme au des­sus des sour­cils.

La coloration

On com­mence à voir les racines de votre colo­ra­tion, mais vous hési­tez à vous la faire vous-même ? “Si c’est vrai­ment indis­pen­sable, alors pour­quoi pas uti­li­ser des cou­leurs super­mar­ché, à condi­tion que vous res­tiez sur la même cou­leur que votre base natu­relle pour évi­ter les catas­trophes et les mau­vais reflets.” Si Simon a bien un conseil à don­ner, c’est celui-là : “Évi­ter à tout prix les cou­leurs éclair­cis­santes et mèches mai­son !

Si vous vou­lez vous lan­cer avec une cou­leur appro­chante de la vôtre, “n’ap­pli­quez que sur la racine à colo­rer pour évi­ter de sur­char­ger les lon­gueurs de pig­ment, elles devien­draient encore plus ternes.” Pré­ci­sion utile : “Ne pas oublier de pro­té­ger votre peau pour évi­ter les taches de cou­leur sur les contours du visage, la nuque et les oreilles. Allez au plus près de l’im­plan­ta­tion. La vase­line est ce qu’il y a de mieux, sinon un peu de crème fera l’af­faire mais la pro­tec­tion sera moindre.” Si vous débor­dez un peu, Simon conseille un coton mouillé et un peu de cendre de ciga­rette des­sus. “Pas très gla­mour, mais très effi­cace.

La coupe à la tondeuse

Cer­tains d’entre vous iront au plus simple et déci­de­ront que c’est le moment idéal de tes­ter la boule à zéro. Pour d’autres, conser­ver un mini­mum de che­veux sur le caillou peut avoir son impor­tance. Si vous avez un peigne, une ton­deuse et des ciseaux, vous devriez vous en sor­tir avec un peu de pré­pa­ra­tion, et un bon coach. Pour avoir éprou­vé la tech­nique, on peut vous affir­mer que ce n’est pas si dif­fi­cile, si on suit quelques règles assez simples. “Il y a une super vidéo là-des­sus”, pré­cise Simon, faite par Flo­riane, coif­feuse à Bou­logne-sur-Mer. La voi­là :

Gaffe à pas se plan­ter de sabot, et à bien pas­ser par­tout. Un che­veux long qui dépasse d’un crâne dégra­dé, ça ne le fait pas.

Voi­là pour les bons conseils de Simon. Si vous vous plan­tez, vous pour­rez tou­jours vous récon­for­ter en vous disant que le confi­ne­ment va encore durer et que vos che­veux auront peut-être repous­sé d’i­ci là. Parce que bon, rap­pe­lons tout de même que coif­feur est un métier qui ne s’ap­pend pas sur You­Tube.