L’Université de Lille planche sur une aide pour les étudiants qui ont perdu leur stage rémunéré

Dans La Fac, Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Vous vous sou­ve­nez de la CVEC ? La fameuse “contri­bu­tion de vie étu­diante et de cam­pus” payée à la ren­trée? Et bien comme elle ne sert plus vrai­ment à grand chose avec les cam­pus fer­més, elle pour­rait ser­vir de dédom­ma­ge­ment aux étu­diants ayant per­du leur stage obli­ga­toire et rému­né­ré.

C’é­tait en sep­tembre et si vous êtes non-bour­siers et étu­diez dans une fac de Lille, vous avez dû signer un petit chèque de 91€ pour fina­li­ser votre ins­crip­tion. A la base, cette contri­bu­tion sert à à rendre la vie sur le cam­pus plus agréable pour les étu­diants comme l’or­ga­ni­sa­tion de tour­nois spor­tifs, l’event Mix­Ci­té, des prêts de matos ou la créa­tion d’é­pi­ce­ries soli­daires par exemple.

Sauf qu’il n’y a plus vrai­ment de vie sur les cam­pus depuis la mi-mars. Du coup, cer­taines uni­ver­si­tés fran­çaises se sont mis à réflé­chir pour redis­tri­buer au mieux une par­tie de ce qui reste de cet “impôt étu­diant”.

Commission fin mai

L’U­ni­ver­si­té de Lille est par­tie sur l’i­dée d’une aide aux étu­diants dont le stage, obli­ga­toire et rému­né­ré, est tom­bé à l’eau avec le confi­ne­ment. Pas de chô­mage par­tiel pour les sta­giaires dont cer­tains connaissent des dif­fi­cul­tés finan­cières, c’est cer­tain. La gra­ti­fi­ca­tion que tou­che­rait ces étu­diants serait “adap­tée aux cir­cons­tances de cha­cun (nombre de semaines de gra­ti­fi­ca­tion per­dues) et oscil­le­rait entre 50 et 200 euros maxi­mum”, explique-t-on à l’U­ni­ver­si­té de Lille.

Pas la peine de cou­rir écrire un mail à l’U­ni­ver­si­té juste après avoir lu cet article. Cette der­nière doit d’a­bord se concer­ter avec le Crous (qui lui va gérer les étu­diants en BTS par exemple) pour se coor­don­ner et se pen­cher sur la ques­tion de l’ou­til qui per­met­trait de dis­tri­buer la fameuse aide.

Il fau­dra ensuite la faire pas­ser en com­mis­sion CVEC, com­po­sée en par­tie d’é­tu­diants, puisque l’U­ni­ver­si­té ne peut en soi pas en dis­po­ser à sa guide sans cet accord. La pro­chaine étant pré­vue le 26 mai, il fau­dra se mon­trer patient.

Pour ceux qui auraient per­du un job étu­diant par exemple, vous pou­vez tou­jours pas­ser par le FSDIE (Fonds de Soli­da­ri­té et de Déve­lop­pe­ment des Ini­tia­tives Étu­diantes) pour faire éva­luer votre situa­tion.

Alors on ne sait pas du tout si cette aide a un lien avec celle annon­cée par le Pre­mier ministre au Sénat lun­di. L’U­ni­ver­si­té de Lille non plus d’ailleurs puis­qu’elle tra­vaillait déjà des­sus avant ce dis­cours. Mais on rap­pelle que cette aide dont on vient de vous par­ler est finan­cée par les étu­diants pour les étu­diants en somme, ce n’est pas une aide directe de l’E­tat pour le coup.