L’Université de Lille planche sur une aide pour les étudiants qui ont perdu leur stage rémunéré

Dans La Fac, Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Vous vous souvenez de la CVEC ? La fameuse “contribution de vie étudiante et de campus” payée à la rentrée? Et bien comme elle ne sert plus vraiment à grand chose avec les campus fermés, elle pourrait servir de dédommagement aux étudiants ayant perdu leur stage obligatoire et rémunéré.

C’était en septembre et si vous êtes non-boursiers et étudiez dans une fac de Lille, vous avez dû signer un petit chèque de 91€ pour finaliser votre inscription. A la base, cette contribution sert à à rendre la vie sur le campus plus agréable pour les étudiants comme l’organisation de tournois sportifs, l’event MixCité, des prêts de matos ou la création d’épiceries solidaires par exemple.

Sauf qu’il n’y a plus vraiment de vie sur les campus depuis la mi-mars. Du coup, certaines universités françaises se sont mis à réfléchir pour redistribuer au mieux une partie de ce qui reste de cet “impôt étudiant”.

Commission fin mai

L’Université de Lille est partie sur l’idée d’une aide aux étudiants dont le stage, obligatoire et rémunéré, est tombé à l’eau avec le confinement. Pas de chômage partiel pour les stagiaires dont certains connaissent des difficultés financières, c’est certain. La gratification que toucherait ces étudiants serait “adaptée aux circonstances de chacun (nombre de semaines de gratification perdues) et oscillerait entre 50 et 200 euros maximum“, explique-t-on à l’Université de Lille.

Pas la peine de courir écrire un mail à l’Université juste après avoir lu cet article. Cette dernière doit d’abord se concerter avec le Crous (qui lui va gérer les étudiants en BTS par exemple) pour se coordonner et se pencher sur la question de l’outil qui permettrait de distribuer la fameuse aide.

Il faudra ensuite la faire passer en commission CVEC, composée en partie d’étudiants, puisque l’Université ne peut en soi pas en disposer à sa guide sans cet accord. La prochaine étant prévue le 26 mai, il faudra se montrer patient.

Pour ceux qui auraient perdu un job étudiant par exemple, vous pouvez toujours passer par le FSDIE (Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes) pour faire évaluer votre situation.

Alors on ne sait pas du tout si cette aide a un lien avec celle annoncée par le Premier ministre au Sénat lundi. L’Université de Lille non plus d’ailleurs puisqu’elle travaillait déjà dessus avant ce discours. Mais on rappelle que cette aide dont on vient de vous parler est financée par les étudiants pour les étudiants en somme, ce n’est pas une aide directe de l’Etat pour le coup.