Les étudiants confinés chez leurs parents peuvent-ils retourner dans leur appart (à + de 100 km)?

Dans Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

Forcément, le confinement à la campagne chez les parents, ça allait de soi. Mais là au bout de deux mois, c’est bon, un retour à l’appart’ s’impose. Sauf que le déconfinement n’est pas total et que si vous êtes actuellement plus de 100 km de votre studio, la question de la légalité se pose…

On vous le dit de suite : il y a du flou dans cette affaire. Mais on va tenter de vous donner toutes les billes pour vous aider à décider de quitter le nid de confinement ou pas.

Petit rappel

A partir du 11 mai, vous allez pouvoir ressortir sans autorisation dans tout votre département et jusqu’à 100 kilomètres de votre lieu de résidence. Si vous étudiez à Lille et que vous êtes actuellement confiné à Cambrai par exemple, pas de souci, vous allez pouvoir revenir tranquilou resquatter dès lundi votre appart’ rue Solfé (on a dit l’appart’, pas les bars malheureusement).

Ceux qui ont donné leur préavis pendant le confinement vont aussi pouvoir venir déménager (on parle toujours de moins de 100 km là). Il faudra juste ne pas être plus de dix potes à porter les cartons.

Le cas +100 km

Passons donc à la situation qui coince : vous êtes actuellement confiné dans un autre département et à plus de 100 km du logement dans la ville où vous étudiez. Moult étudiants se posent la question sur la possibilité de pouvoir rentrer chez eux sur les réseaux sociaux.

Officiellement, seul un “motif impérieux” relevant du travail, de la santé ou de la famille peut outrepasser cette fameuse frontière des 100 km “à vol d’oiseaux”. On parle de reprise du travail ou de deuil pour la famille. Mais rien concernant les étudiants qui voudraient simplement rentrer chez eux.

Domicile principal ?

Sur RTL, dimanche, 3 mai, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a indiqué qu’il était “logique que les Français puissent rentrer dans leur domicile principal“. Pour le coup, il parlait surtout des Parisiens partis avant le confinement hors de la capitale. On aurait tendance à dire que cette situation fonctionne aussi pour un étudiant parti se confiner chez ses parents et qui a besoin de rentrer chez lui.

Car si tout est en règle (genre avec un bail), l’appart’ d’un étudiant peut être considéré comme sa résidence principale. Selon le Télégramme, “pour les étudiants qui rejoindraient la ville où ils suivent habituellement leurs cours, il faudra se munir de son attestation (la nouvelle) et cocher la case associée aux « motifs familiaux impérieux » afin de justifier le déplacement.

Si vous devez vider votre appart’ parce que la bail expire ou que vous devez absolument repartir car vous avez un stage ou un job étudiant qui va reprendre, tout devrait bien se passer si vous avez de quoi justifier la situation.

Si vous voulez juste rentrer chez vous parce que deux mois avec les parents, c’était cool mais bien assez, on aurait quand même tendance à vous recommander d’y réfléchir à deux fois avant de vous lancer vu le flou qui entoure cette situation. Comme la liste complète des fameux motifs impérieux n’est inscrite nulle part, l’appréciation de votre situation peut aussi dépendre de l’officier que vous aurez en face de vous lors du contrôle.

[UPDATE du 12 mai] Selon France Info qui a posé la question au chat de la police nationale, il faut bien un réel motif pour rentrer chez soi, lié au travail ou à la famille. Donc malgré les dires de Christophe Castaner ou du secrétaire d’Etat aux Transports fin avril, « les personnes qui ne peuvent pas justifier d’un motif impérieux “doivent donc bien rester là où elles se sont confinées (…) pour l’instant”. »

Ayez quoi qu’il arrive de quoi justifier votre adresse et celle de vos parents en cas de contrôle. Et prenez aussi votre carte d’étudiant. Une quittance de loyer, une facture d’électricité ou une attestation demandée au Crous si vous êtes en résidence ne sera jamais de trop non plus.

PS : On vous rappelle quand même que le but ici est de retourner dans votre appart’ et d’y rester. Enchaîner les allers-retours à plus de 100 km juste parce que votre short pref’ est resté là-bas n’est clairement pas un motif impérieux.