Lille en Mode Green, le nouveau collectif qui réunit toutes les boutiques éthiques de la ville

Dans C'est green, Chill, Lille
Scroll par là

Une dizaine de fri­pe­ries et bou­tiques éco-res­pon­sables du coin ont pro­fi­té de l’ar­rêt de leur acti­vi­té pour mieux se connaître et fon­der un tout nou­veau col­lec­tif : Lille en Mode en Green. Son objec­tif ? Vous démon­trer que la ville regorge de bou­tiques toute plus chouettes et éco-res­pon­sables les unes que les autres.

Ce confi­ne­ment aura peut-être été un déclic dans votre vie de consom­ma­teur. D’un coup, vous avez eu le temps de réflé­chir à ce que vous vou­liez vrai­ment ache­ter, où, com­ment et pour­quoi. Pour ceux et celles qui rêvent d’une ses­sion shop­ping en accord avec leurs valeurs éco­lo (qu’elles soient nou­velles ou pas), il y a main­te­nant de quoi faire à Lille.

Ca ne vous aura pas échap­pé, les ouver­tures de bou­tiques éco-res­pon­sables se sont enchaî­nées depuis quelques temps dans le centre-ville. Coco friend­ly, Slow­Mod, Green­dy Pact, le Club des Fringues… Que de chouettes nou­velles bou­tiques qui sont venues s’al­lon­ger à la liste des fri­pe­ries et autres bou­tiques qui exis­taient déjà.

Mais on s’est bien ren­du compte que les clients qui ren­traient chez nous posaient bien sou­vent la même ques­tion à la caisse : ‘Et sinon, vous savez où il y a d’autres bou­tiques comme vous pas loin ?, explique Jus­tine de Slow­Mod, ouvert il y a quelques mois rue Pierre-Mau­roy. Elles ont sou­vent une petit liste qu’elles aiment com­plé­ter.” Bien-sûr, elle leur file des adresses. “Mais avec Ségo­lène, ma col­lègue, on s’est dit qu’il y avait désor­mais de quoi construire des choses trop chouettes avec les gens de cette liste, ceux qu’on pour­rait consi­dé­rer comme nos ‘concur­rents’.

Parce que fina­le­ment, la concur­rence dans l’é­co­no­mie cir­cu­laire, ça n’a pas fran­che­ment d’intérêt. Le confi­ne­ment aidant, et après avoir encais­sé le coup des fer­me­tures, les gérant.e.s de bou­tiques ont donc com­men­cé à s’en­voyer des mes­sages via Ins­ta, puis via un groupe What­sapp avant de car­ré­ment se faire des visio tous ensemble. Voi­là com­ment est né le col­lec­tif.

La solidarité avant la concurrence

On se connais­sait tous de noms mais pas for­cé­ment per­son­nel­le­ment. Là, on va pou­voir non seule­ment se sou­te­nir entre nous mais aus­si avoir plus de visi­bi­li­té”, conti­nue Jus­tine. Car le col­lec­tif n’a pas l’in­ten­tion d’exis­ter juste pour faire joli. Il veut désor­mais peser dans l”attraction éco­no­mique et durable de la ville en pro­po­sant un par­cours pié­ton entre toutes les bou­tiques membres. “On vou­drait éga­le­ment pou­voir créer des events à l’i­mage de la Green Week de l’an pas­sé ou orga­ni­ser des confé­rences par exemple.”

Pour l’ins­tant, la liste compte une bonne quin­zaine de bou­tiques (qu’on va vous lis­ter après of course) mais le col­lec­tif a voca­tion à s’a­gran­dir au fil des ouver­tures de bou­tiques éco-res­pon­sables, d’autres bou­tiques qui n’ont pas encore répon­du à l’ap­pel mais aus­si, pour­quoi pas, aux e‑shops et créa­teurs du sec­teur.

Allez on vous file déjà une petite carte des bou­tiques éco-friend­ly que vous connais­sez peut-être déjà (ou pas) et qui seront parées pour vous accueillir de manière safe après le confi­ne­ment.