Le Louvre-Lens prépare sa réouverture pour le 3 juin

Dans Ch'est bieau, Culturons-nous
Scroll par là

Déam­bu­ler dans un musée a un côté apai­sant qui nous manque clai­re­ment. Sur­tout que 2020 était une année qui s’an­non­çait riche en belles expos au musée len­sois. Il devait même pas­ser en mode dark pour sa grosse expo du prin­temps.

Avec Soleils Noirs, le Louvre-Lens a eu l’i­dée lumi­neuse de faire décou­vrir à ses visi­teurs toute la palette artis­tique du noir. Si l’ex­po devait être inau­gu­rée fin mars pour s’a­che­ver à la mi-juillet, tout a été cham­bou­lé par un cer­tain Coro­na et son aco­lyte Confi­ne­ment. Tout était prêt, seules une dou­zaine d’œuvres sur les 180 que compte l’ex­po n’é­taient pas arri­vées a expli­qué Marie Lavan­dier, la direc­trice du musée à La Voix du Nord.

Pas de regrets à avoir puisque le musée tra­vaille acti­ve­ment à sa réou­ver­ture début juin et a négo­cié une pro­lon­ga­tion des prêts des œuvres pour lais­ser Soleils Noirs vivre jusque fin jan­vier.Une expo­si­tion comme celle-ci, c’est trois ans de tra­vail”, pré­cise la direc­trice au quo­ti­dien. cx

L’ex­po Les Louvre de Pablo Picas­so qui devait débar­quer à l’au­tomne 2020 sera quant à elle repor­tée à une date encore incon­nue.

Une toile déconfinée par étape

Com­ment pré­pare-t-on l’ou­ver­ture d’un musée décon­fi­né ? De manière pro­gres­sive et avec un max de nou­velles pré­cau­tions, vous vous en dou­tez.

Déjà, le musée va rou­vrir un trois temps :

  • le mer­cre­di 3 juin : réou­ver­ture de la Gale­rie du temps le mer­cre­di 3 juin
  • le mer­cre­di 10 juin : ouver­ture de l’exposition Soleils Noirs
  • quand la région pas­se­ra au “vert” : réou­ver­ture du parc

Ensuite, il est ques­tion de mettre en place de nou­velles règles qui vont for­cé­ment for­cer un peu sur l’in­di­vi­dua­li­té. Les visites en groupe devraient être ultra limi­tées, la déam­bu­la­tion moins “libre” (genre tout le monde dans le même sens de marche pour évi­ter de trop se croi­ser) et la réser­va­tion en amont pour­rait aus­si être un moyen de gérer les flux. Le port du masque obli­ga­toire n’est pas encore évo­qué, en revanche, on sait déjà que le musée sera fré­quem­ment net­toyé et dés­in­fec­té.

Pour l’heure, rien n’est encore gra­vé dans le marbre, le plan de réou­ver­ture est en train d’être peau­fi­né. Le musée len­sois a aus­si l’a­van­tage d’être d’être grand et aéré, ce qui doit per­mettre de res­pec­ter d’au­tant mieux les dis­tan­cia­tions sociales qui ne vont pas s’ar­rê­ter de sitôt. Car toutes les mesures qui seront prises dans le contexte de l’é­pi­dé­mie devraient per­du­rer au moins jus­qu’à la fin de l’an­née 2020.