Mambo Miam Miam a ouvert (à moitié) sa cantine hybride dans le centre de Lille

Dans C'est green, Food Porn, Lille

@mambomiammiam

Scroll par là

Mal­gré la situa­tion actuelle, Julie et Gai­lord (A.K.A. Jason Gaillard) n’ont pas renon­cé à ouvrir leur lieu hybride qui devait com­bi­ner resto/bar/cantine/dépôt de pain/ateliers/conférences au 27, rue de l’Hô­pi­tal Mili­taire. Ils se sont juste réadap­tés, deve­nant la nou­velle épi­ce­rie locale tour­née vers le zéro déchet du quar­tier.

Lille four­mille de beaux pro­jets gour­mands et pas mal d’entre eux devaient ouvrir au prin­temps. Avec le confi­ne­ment (qui conti­nue pour les res­tos et bars), cer­tains ont déci­dé de se lan­cer quand même quitte à faire ça cres­cen­do en s’a­dap­tant à la situa­tion sani­taire. C’est exac­te­ment ce qu’ont fait Julie et Gai­lord avec Mam­bo Miam Miam.

For­cé­ment, j’i­ma­gi­nais un poil plus de monde à l’in­té­rieur mais une ouver­ture en plein confi­ne­ment, c’est ori­gi­nal fina­le­ment, plai­sante Julie au télé­phone. On a ouvert début avril en tâton­nant sur ce qu’on allait pou­voir pro­po­ser mais fina­le­ment on a pen­sé à nos propres besoins dans la situa­tion et on a essayé d’y répondre en se disant que ça aide­rait for­cé­ment des gens du quar­tier.

Oui parce qu’on ne vous l’a peut-être pas rap­pe­lé tout de suite, mais le concept de Mam­bo Miam Miam repose sur trois piliers : le local, le soli­daire et le durable. “Et ça, on ne vou­lait abso­lu­ment pas y déro­ger”, appuie Julie.

Voi­là com­ment le nou­veau spot s’est très vite mué en épi­ce­rie locale pen­dant le confi­ne­ment. Les gens du quar­tier peuvent y com­man­der leur apé­ro à empor­ter avec de bonnes petites choses pré­pa­rées par Julie et des bières bras­sées dans le coin, ou cho­per des paniers de fruits et légumes, du mues­li, du thé et du café de pro­duc­teurs de la métro­pole lil­loise. Il y a même Brood, la néo bou­lan­ge­rie alter­na­tive qui y a un dépôt de pain deux fois pas semaine (mer­cre­di et ven­dre­di).

Avec l’ar­ri­vée du décon­fi­ne­ment, Mam­bo Miam Miam se met au cli­ck’n col­lect pour les repas que va concoc­ter Julie. “Il n’y aura pas de menu fixe, ça dépen­dra de ce que me ramène Emile, d’En­traid’U­nion”. Elle a déjà réa­li­sé des crumbles de légumes, des lasagnes ou encore des fla­miches aux poi­reaux avec les légumes qu’il lui a appor­tés.

Pour ce qui est du soli­daire, ils sont en contact avec des assos pour aider les béné­voles à leur niveau. La seule conces­sion qu’a dû faire le duo (outre accueillir les gens à l’in­té­rieur de son local), c’est le sys­tème de consignes. “On fait bien évi­dem­ment atten­tion à pro­duire le moins de déchets quand on cui­sine mais on a pré­fé­ré opter pour des conte­nants bio­dé­gra­dables pour l’ou­ver­ture, le sys­tème de consigne parais­sait un peu pro­blé­ma­tique avec la situa­tion actuelle.

Mais ce n’est pas oublié, c’est juste déca­lé vous l’au­rez com­pris. On vous laisse aller faire un tour sur la page Face­book de Mam­bo ain­si que sur son compte Ins­ta’ si vous vou­lez plus d’in­fos sur ce nou­veau lieu. Ils sont aus­si sur le site de la Grande Bouffe.

Lire aus­si :
Mam­bo Miam Miam, la future can­tine hybride du centre-ville