Mode d’emploi pour demander son aide de 200€ quand on est étudiant ou jeune précaire

Dans La Fac, Lille, Money Money Money
Scroll par là

Le Pre­mier ministre a annon­cé le 4 mai face au Sénat que 800 000 jeunes allaient pou­voir tou­cher une aide de 200 euros en juin. Bonne nou­velle, for­cé­ment, mais on avait encore du mal à com­prendre de quelle manière cette aide devait être deman­dée ou par quel moyen elle serait ver­sée.

Faites-vous par­tie des 800 000 jeunes pré­caires dont par­lait Édouard Phi­lippe ? Telle est la ques­tion à laquelle on va essayer de répondre en points bou­lettes.

Pour rap­pel, cette aide :

  • est d’un mon­tant fixe de 200€
  • sera ver­sée en une fois dans le cou­rant du mois de juin
  • est cumu­lable avec les autres aides que vous per­ce­vez déjà (hors chô­mage par­tiel)

Une aide pour qui ?

Pour être éli­gible à cette aide, il y a trois situa­tions à dis­tin­guer :

  • celle des étu­diants, bour­siers ou non, qui subissent une baisse de reve­nus (perte de job étu­diant ou stage rému­né­ré)
  • celle des étu­diants ultra­ma­rins res­tés en métro­pole pen­dant le confi­ne­ment
  • celle des jeunes pré­caires de moins de 25 ans qui touchent les APL

Pour les étudiants

Dans ce cas de figure, il faut rem­plir au moins les deux condi­tions sui­vantes :

  • être inscrit.e dans un éta­blis­se­ment d’en­sei­gne­ment supé­rieur, ou en BTS, en for­ma­tion ini­tiale
  • pou­voir jus­ti­fier d’une baisse de res­sources liée :
    • à la perte d’un job étu­diant d’une durée mini­mum de 8 heures par semaine et pour lequel on est sala­rié depuis au moins le 1er jan­vier 2020
    • à l’an­nu­la­tion d’un stage obli­ga­toire don­nant droit à une gra­ti­fi­ca­tion
    • à l’interruption d’un stage obli­ga­toire et rému­né­ré, qui avait déjà démar­ré avant le confi­ne­ment

Ce qui signi­fie :

  • que la perte des petits jobs payés “au black” vont être com­pli­qués à jus­ti­fier
  • que les appren­tis, alter­nants ou contrats pro’ ne sont pas concer­nés (ils ont nor­ma­le­ment tou­ché le chô­mage par­tiel)
  • qu’il n’y a aucune limite d’âge du moment que vous êtes étu­diant
  • qu’il n’y a pas de dif­fé­rence faite entre les bour­siers et non bou­siers

En ce qui concerne les étu­diants ultra­ma­rins peu importe s’ils ont un job ou pas, ils doivent sim­ple­ment jus­ti­fier :

  • être étu­diant en for­ma­tion ini­tiale (= ni alter­nant, ni appren­ti, ni en contrat pro)
  • être res­té en métro­pole depuis le début du confi­ne­ment

Com­ment deman­der son aide ?

Pour ces deux pre­miers cas de figure, les étu­diants doivent eux-mêmes faire la demande auprès de la pla­te­forme qui sert d’ha­bi­tude à deman­der ses autres aides étu­diantes : MesServices.etudiant.gouv.fr

Nor­ma­le­ment, si vous êtes pas­sé sur Par­cour­sup au cours de ces quatre der­nières années, vous dis­po­sez déjà d’un compte Mes­Ser­vices. Pour les plus anciens, il suf­fit de vous créer un compte grâce à votre numé­ro INE (Iden­ti­fi­ca­tion Natio­nale Etu­diant) qu’on appelle aus­si BEA. C’est le fameux numé­ro com­po­sé de dix carac­tères et d’une “clé” (par ex : 1234567890G) que vous retrou­vez sur votre carte étu­diante ou en haut de votre rele­vé de notes du Bac.

Si vous n’a­vez pas d’INE, parce que vous venez de l’é­tran­ger ou que étu­diez dans un éta­blis­se­ment qui ne dépend pas de l’E­du­ca­tion natio­nale, vous devez trou­ver une pièce jus­ti­fi­ca­tive qui prouve que vous étu­diez bien actuel­le­ment en France. Une pro­po­si­tion d’ac­cueil tem­po­raire en Cité U que le Crous vous a envoyée par mail, est accep­tée comme jus­ti­fi­ca­tif par exemple.

Les jeunes de ‑25 ans et non-étudiants qui touchent les APL

Alors là, ce n’est pas très com­pli­qué puisque vous n’a­vez stric­te­ment rien à faire à part attendre que la CAF vous verse les 200€ direc­te­ment sur votre compte en juin comme elle le fait pour les APL d’ha­bi­tude.

Atten­tion. Si vous êtes un étu­diant qui n’est pas éli­gible à cette aide selon les cri­tères détaillés au début de l’ar­ticle, vous ne le serez pas ici non plus même si vous avez moins de 25 ans et que vous tou­chez les APL. Ici, on parle de jeunes qui ne sont pas étu­diants. On en comp­te­rait un peu plus de 400 000 en France.

Bon à savoir

La Fédé­ra­tion des asso­cia­tions géné­rales étu­diantes (Fage) est bien enten­du favo­rable à cette aide même si elle arrive selon elle un peu trop tard. Sur­tout, elle la juge trop excluante puis­qu’elle n’in­clut pas les “jeunes en dif­fi­cul­tés héber­gés par un tiers ou qui vivent chez leurs parents aux reve­nus très modestes et qui ne sont pas rat­ta­chés au foyer fis­cal”, ain­si que les “jeunes à la rue”.

De plus, la Fage demande à ce que cette aide ne soit pas que ponc­tuelle mais recon­duc­tible au moins jus­qu’à fin août puis­qu’elle sup­pose que les jobs d’é­té vont eux aus­si être des vic­times col­la­té­rales de la situa­tion actuelle. Et elle en pro­fite pour remettre sur le tapis la mesure qu’elle défend depuis déjà long­temps : l’ou­ver­ture du RSA aux 18–25 ans.