La vente d’alcool à emporter est maintenant interdite le long de l’avenue Léon-Jouhaux

Dans Dans la rue, Lille
Scroll par là

A force de pous­ser un peu trop loin le bou­chon du décon­fi­ne­ment, il fal­lait bien que ça pète… Après plu­sieurs infrac­tions aux nou­velles règles aux abords de la Cita­delle, la mai­rie de Lille a aler­té le pré­fet. Ce der­nier n’a pas tar­dé à prendre des mesures pour limi­ter les ras­sem­ble­ments trop nom­breux le long des berges de la Deûle.

Ven­dre­di der­nier, la Cita­delle, les quais de la Deûle et même le jar­din Vau­ban (pour­tant tou­jours fer­mé) avaient un goût d’a­vant. D’a­vant épi­dé­mie on veut dire. Pas mal de gens assis en groupe, ou la bou­teille pour l’a­pé­ro sous le bras à la recherche d’un coin d’herbe. Que des choses qui parais­saient tout à fait nor­males au prin­temps 2019 mais qui prennent des allures d’in­cons­cience aujourd’­hui.

Parc Vau­ban, ven­dre­di der­nier.

Ce week-end, la maire Mar­tine Aubry a lais­sé entendre son mécon­ten­te­ment. Elle qui a réus­si a obte­nir une déro­ga­tion pour rou­vrir la Cita­delle (mais seule­ment pour la balade et le sport) ne compte pas lais­ser ces débor­de­ments per­du­rer. Des contrôles des forces de l’ordre, sans PV pour l’heure, se sont mul­ti­pliés pour faire res­pec­ter les nou­velles consignes.

Quai sans alcool

La maire a éga­le­ment tapé sur les doigts de deux bars le long de l’a­ve­nue Léon-Jou­haux, le Cor­fou et la Guin­guette de la Marine, qui font de la vente à empor­ter comme de nom­breux autres bars et res­tos de la ville. Sauf qu’a­près un contrôle, la police muni­ci­pale a rele­vé de nom­breuses autres infrac­tions, rap­porte la Voix du Nord. Comme de la consom­ma­tion d’al­cool par des clients à l’in­té­rieur d’un des éta­blis­se­ments ou encore de la vente d’al­cool en gobe­let (et non en bou­teille) ce qui aurait favo­ri­sé la consom­ma­tion sur place et non à empor­ter.

La mai­rie a ver­ba­li­sé mais n’en est pas res­tée là : elle a deman­dé au pré­fet la fer­me­ture admi­nis­tra­tive des deux éta­blis­se­ments, tou­jours selon le quo­ti­dien. Ces choses ne se font pas en 24 heures, bien évi­dem­ment. Le pré­fet a donc choi­si une méthode plus rapide en rati­fiant un arrê­té ce lun­di aprem pour inter­dire la vente d’al­cool à empor­ter sur l’a­ve­nue où se situent les deux bars.

Dans ce même arrê­té, le pré­fet rap­pelle que “cette mesure vise à limi­ter la créa­tion de points de fixa­tion et donc, la pro­pa­ga­tion du virus” et ter­mine sur un nou­vel aver­tis­se­ment : “Les règles qui ont pré­va­lu pen­dant le confi­ne­ment doivent se pour­suivre pen­dant cette nou­velle période, faute de quoi de nou­velles mesures contrai­gnantes devront être prises.