L’asso 15alors veut faire revivre les endroits oubliés de la ville

Dans C'est green, Dans la rue, Lille

©Élisa_Chuiton

Scroll par là

C’est une petite asso de passionnés d’urbanisme qui s’est donné pour objectif de réinvestir tous ces endroits mal utilisés dans la ville. 15alors est du genre à organiser des pique-niques sur des ronds-points pour montrer que la ville recèle des coins au potentiel insoupçonné.

On est une association de quartier, démarre Claudia Vilela, architecte urbaniste et membre de l’asso. On essaie de réfléchir aux endroits dans la ville qui sont oubliés et qu’on pourrait faire vivre à nouveau.” Ils démarrent en 2017 avec un pique-nique sur le rond-point qui permet aux rues de Ratisbonne, Jean-Sans-Peur et Masséna de se croiser. Puis enchaînent sur des occupations de places de stationnement lors des Parking Days de ces dernières années. Juste histoire de se réapproprier des coins où les passants et les vélos ne sont pas les bienvenus.

Parce que c’est bien l’idée de l’association : faire en sorte que piétons et vélos retrouvent un peu de l’espace perdu au profit des voitures. “15alors, c’est 15 km/h à vélo, c’est 15 minutes à pied pour évoquer la proximité…” C’est prendre le temps de regarder la ville à petite vitesse, de manière un peu plus zen et posée que dans l’habitacle clos de son automobile. C’est, du coup, chercher à réinvestir des espaces exclusivement pensés pour les voitures, comme la place Maurice-Schumann, dans le Vieux-Lille, au carrefour de la rue de la Baignerie, des Bouchers et de l’Hôpital-Militaire.

Modules évolutifs pour piétons

Ce n’est même pas vraiment une place“, commente Élisa Chuiton, architecte et membre de l’asso. Il faut dire que la voiture y est reine, et qu’au lieu de place, on a plus envie de parler de carrefour. “Ça ne fonctionne pas, poursuit Elisa. Il faut que les cyclistes et les piétons se posent et réfléchissent.” La réflexion a amené les membres de l’asso à organiser à deux reprises des journées “Rue aux enfants” où la place et la rue de la Baignerie étaient piétonnisées. “Il y a eu énormément de monde.” La troisième édition aura lieu le 3 octobre, et d’ici là, l’association compte avancer sur des prototypes de modules qui pourraient être installés sur cette place. “Ça pourrait être une table, un banc un bac à sable pour jouer si on le retourne…” Un module où les passants peuvent décider de passer un peu de temps, chiller, et repartir.

15alors a reçu une subvention du département pour imaginer ce mobilier de rue évolutif, et doit rencontrer les urbanistes de la ville pour avancer sur le projet. “On va tester des prototypes pendant l’été, et voir ce qui est le plus modulable“, commente Elisa. L’épreuve du feu aura lieu le 3 octobre prochain. Le but étant, bien sûr, que les modules restent sur la place après la grande fête. “On veut faire du participatif. L’association va faire le design des modules, mais l’avis des gens comptera beaucoup.”

Pour suivre l’évolution du projet, on vous invite à suivre 15alors sur Facebook ou sur son site internet. Là, vous pourrez aussi passer un peu de temps sur la carte des jardins à cuisiner, qui référence les spots de culture urbaine à Fives.